Les coups de cœur lecture de la rédac’

La rédaction des Ourses à plumes vous conseille plusieurs livres féministes, à la tonalité empowerment, ou qui donnent tout simplement envie de se battre encore plus.

La saga L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante (éditions Gallimard)

Coup de cœur d’Ourse sur la route

A13862.jpg

Composée de 4 tomes, cette saga est un roman autobiographique qui nous emmène dans l’Italie des années 50. Si le fil conducteur est l’amitié entre Elena et Rafaella, à mesure qu’elles grandissent, l’histoire intègre les idées politiques de l’époque, le conflit entre les fascistes et les communistes, et illustre l’évolution de la pensée féminine et féministe de l’époque.

En lisant cet ouvrage, on ressent la difficulté d’être une femme, épouse et mère dans un pays encore régi par des traditions religieuses. La narratrice, dans des élans de rébellion, s’éloigne à chaque fois encore plus du mode de vie traditionnel inculqué par sa famille et son quartier. À la lecture de ces pages, on se rend compte du chemin parcouru pour la liberté des femmes et du chemin qui reste encore à faire dans notre esprit. Car si la société évolue, les pensées elles peuvent rester figées dans le passé.

La BD Fun Home d’Alison Bechdel (éditions Denoël)

Coup de cœur d’Al

B26448.jpg

On connaît Alison Bechdel pour son fameux test qui permet de déterminer l’importance donnée aux personnages féminins dans les films. Dans cette BD, elle explore et raconte son enfance atypique, entre tabous, hétéronormativité de façade et jeux au milieu de macchabées dans le funérarium tenu par son père.

La BD, riche d’anecdotes familiales et de souvenirs sensoriels traduits en dessins, nous plonge dans un univers drôle, macabre et touchant. Le contraste entre l’ambiance années 60 extérieure et la décoration victorienne de la maison familiale donne un graphisme unique et multiple à la BD.

 

Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie (éditions Gallimard)

Coup de cœur d’Ourse téméraire

A14235.jpg

Americanah est l’un des livres les plus connus de l’autrice nigériane Chimamanda Ngozi Adichie. Il relate la vie d’une Nigériane expatriée aux États-Unis durant onze ans. Elle y raconte à travers une polyphonie de points de vue, l’histoire d’amour d’Ifemelu et d’Obinze. Elle partie aux États-Unis, lui revenu au Nigéria après quelques années en Angleterre. Cette histoire interroge également ce que veut dire être Noir·e dans des pays occidentaux. Comment leur couleur de peau change la façon dont le monde les voit. Ce récit questionne également la nostalgie de l’expatrié, regrettant son pays mais incapable d’y retourner car tout a changé. Americanah est émouvant, sombre, lumineux, captivant. Ifemelu est un personnage sensible, fragile et fort à la fois. Elle avance dans la vie avec un certain cynisme et nous prouve que tout est une question de perception. Son empowerment exulte surtout de ses moments de révolte intérieure, à travers son blog. Le personnage d’Ifemelu est un miroir de l’autrice Nigériane qui parle franchement.

Certaines n’avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka (éditions 10/18)

Coup de cœur de Spangle

9782264060532ORI

« Certaines d’entre nous n’avaient mangé toute leur vie durant que du gruau de riz et leurs jambes étaient arquées, certaines n’avaient que quatorze ans et c’étaient encore des petites filles. Certaines venaient de la ville et portaient d’élégants vêtements. […] Certaines descendaient des montagnes et n’avaient jamais vu la mer. »

D’horizons divers, de destins variés, mais le plus souvent misérables, les femmes de ce récit ont en commun de traverser le Pacifique pour aller épouser des hommes inconnus, qui leur ont menti sur leur situation. Avec ce roman polyphonique envoûtant et intime, Julie Otsuka nous embarque dans l’univers des immigrées japonaises aux États-Unis au début du XXème siècle.

 

Le chœur des femmes de Martin Winckler (éditions Gallimard)

Coup de cœur d’Ourse Malléchée

G00532_Le_Choeur_des_femmes.indd

Le médecin Martin Winckler, connu notamment pour ses précieux conseils en matière de contraception, est aussi écrivain. Dans son roman, inspiré de son vécu de praticien, il montre par la fiction comment un·e soignant·e doit exercer son métier de manière bienveillante, « ni comme un juge, ni comme un flic ».

Les consultations gynécologiques, dans son récit, se déroulent donc avec une grande importance donnée à l’écoute, la parole des femmes. « Ce qu’une femme ressent est plus important que ce que tu sais. Et ce que tu crois compte beaucoup moins que ce qu’elle ne dit pas. » On se reconnaît, dans bien plus d’un passage de ce livre, représentant une diversité de vécus de femmes et abordant des thématiques transverses (intersexophobie, grossophobie, pauvreté…).

Prières pour celles qui furent volées, de Jennifer Clement (éditions Flammarion)

Coup de cœur de Boucle d’Ourse

AHR0CH~1.PNG

Ladydi, 14 ans, vit avec sa mère dans les montagnes du Guerrero, au Mexique. Dans cette terre aride, les femmes sont livrées à elles-mêmes. Leurs maris fuient aux États-Unis. Les cartels règnent en maîtres et enlèvent les jeunes filles. Résultat : les mères griment leurs filles en garçons pour les protéger.

Au cœur de cette situation injuste, les femmes restent solides. Leurs mots sont souvent rudes, mais jamais leurs cœurs ne s’assèchent. Entre mères et filles, entre amies, les liens sont aussi forts qu’ils sont pudiques. Malgré toutes les violences subies, ces femmes ne sont jamais seules. Un véritable hymne à la sororité.

 

Les chroniques d’Ouranos, de Véronique Bréger (éditions Adventice)

Coup de cœur de Falaïnokta Dubensaki

bm_CVT_Les-chroniques-dOuranos_3898.jpg

Les Chroniques d’Ouranos se déroulent dans un monde futuriste différent du nôtre. Tandis que Soanne examine des arbres en provenance d’Andaïlis, prévus pour endiguer la pollution d’Ouranos, elle se retrouve piégée par ses supérieurs qui voient les choses autrement. Elle devra montrer que les arbres ne sont pas toxiques, à l’aide d’Aléana.

Abordant le thème de l’écologie, le livre nous immerge dans un monde développé et détaillé. Ponctué de phases d’action, il fait partie de ces rares livres de science-fiction qui développent une romance entre deux femmes.

Cet article a été publié dans le premier numéro de notre revue papier féministe, publié en septembre 2018. Si vous souhaitez l'acheter, c'est encore possible ici.

Publié par

Ceci est le compte officiel du webzine Les Ourses à plumes.

3 commentaires sur « Les coups de cœur lecture de la rédac’ »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s