Appel à contributions pour la 3e revue des Ourses à plumes

Pour son troisième numéro de revue papier, le média féministe Les Ourses à plumes lance un appel à contributions pour cette fois-ci faire appel à d’autres Plumes, en plus de celles de son équipe. Le thème choisi : les nouvelles manières de lutter.

Lire plus

Les Ourses à plumes demandent votre avis !

Afin d’avoir plus d’informations sur notre lectorat et mieux cibler ses envies, nous lançons un sondage pour davantage les connaître. Parmi les personnes ayant pris le temps de nous répondre, nous tirerons au sort pour faire gagner un numéro de la revue n°2 que nous enverrons à la personne de son choix. (durée du sondage estimée à 5 minutes)

Lire plus

Podcasts féministes : quinze recommandations

Petite sélection de podcasts féministes réalisée par plusieurs rédactrices des Ourses. De la théorie, des interviews, des témoignages, des chercheur-se-s, des célébrités, des anonymes, autant de formats pour aborder un immense éventail de sujets.

Lire plus

Moi les hommes, je les déteste : un éloge de la misandrie qui dérange

Publié le 19 août 2020 chez Monstrograph, micro-maison d’édition associative, l’essai Moi les hommes, je les déteste de Pauline Harmange est depuis quelques jours sous le feu des projecteurs. Mediapart a en effet révélé que Ralph Zumély, chargé de mission au ministère délégué à l’égalité femmes-hommes, tente d’en interdire la publication.

Lire plus

Pourquoi je suis devenuE féministe : les résultats du concours

Lancé en avril 2020, pendant le confinement en France, notre concours « Pourquoi je suis devenuE féministe » a remporté un beau succès, avec 35 participations. Majoritairement des textes, mais aussi des productions avec des formats plus originaux. Découvrez -les !

Lire plus

L’inscription du terme « féminicide » dans la loi : rupture d’égalité ou mesure symbolique ?

Mardi 21 juillet 2020, le Sénat a adopté une proposition de loi sur la protection des victimes de violences conjugales. Déjà adoptée le 16 juillet 2020 par l’Assemblée Nationale, la loi propose notamment la levée du secret médical en cas de “danger immédiat” et un alourdissement des peines en cas de harcèlement au sein du couple, portées à dix ans si la victime s’est suicidée ou a tenté de le faire. Malgré les demandes de certaines associations féministes, cependant, le mot “féminicide” n’a pas été inscrit dans le texte. Retour sur un terme controversé.

Lire plus