L’asso Diversité&kids pour « lutter contre les préjugés dès le plus jeune âge avec de la culture jeunesse inclusive »

L’association Diversité & kids, fondée par Diariatou Kebe, se donne pour objectif de promouvoir la littérature et fictions audiovisuelles inclusives à destination des enfants. La présidente de cette nouvelle organisation nous a accordé une interview, pour nous expliquer ses projets.

a.JPG
Photo prise au salon de thé et librairie Lis thés ratures. // © Ourse Malléchée

Pourquoi avoir ressenti le besoin de créer l’association Diversité & kids en février 2017 ?

Diariatou Kebe : « Je suis la mère d’un petit garçon de 6 ans et j’ai été confrontées à la réalité de l’offre des fictions (livres, dessins animés…) jeunesse : les personnages principaux sont la plupart du temps des garçons blancs valides, qui vivent dans un monde qui leur ressemble avec une famille hétéronormée. Militante anti-racisme, j’avais déjà écrit un livre (Maman noire et invisible, aux éditions La boîte à Pandore), pour parler de l’invisibilisation des femmes noires. Le constat de l’absence de racisé-e-s dans le cinéma, la littérature, les séries télévisées, ou encore les jouets m’a toujours frappée. Dans le domaine jeunesse tout est encore plus frappant. »

IMG_8455.JPG
Photo prise au salon de thé et librairie Lis thés ratures. // © Ourse Malléchée

Où sont les personnages noirs dans les fictions ?

« On retrouve les héros noirs souvent dans les contes africains, ou alors pour illustrer des propos anti-racistes. Si l’on cherche un héros noir, on va d’abord penser à Kirikou ! Il y a un manque cruel de diversité dans ce qui est proposé. La plupart des histoires se passent dans un imaginaire africain alors que mon fils va grandir en France, en Europe. J’aimerais aussi une diversité plus large : trouver des filles héroïnes et non plus princesses qui attendent, des personnages homosexuel-le-s, ou encore des valides dans une histoire où le handicap n’est pas le thème principal. Pour les jouets, on commence à trouver quelques poupées noires, mais pour les lego ou les playmobils, c’est encore compliqué. »

a2.JPG
Photo prise au salon de thé et librairie Lis thés ratures. // © Ourse Malléchée

De quoi vous êtes-vous inspirée ?

« Je me suis renseignée sur ce qui existait pour obtenir plus d’inclusivité, et j’ai découvert des initiatives aux Etats-Unis dont je veux m’inspirer. Le constat est le même chez eux : en 2015, 80 % des personnages étaient blancs dans les livres jeunesse et seulement 7 % étaient Afro-américains. Là-bas, des organisations animent des ateliers pour la diversité jeunesse, je n’ai pas trouvé d’équivalence en France, même si des associations (Décoloniser les arts…), des collectifs (Afro-fiction…) et des blogs (Les étoiles noires…) existent aussi. »

IMG_8457.JPG
Photo prise au salon de thé et librairie Lis thés ratures. // © Ourse Malléchée

Quelles actions va mener l’association Diversité & kids ?

« Dans un premier temps, nous allons nous consacrer à la promotion et la mise en avant des livres qui sont inclusifs (genre, handicap, orientation sexuelle, couleur de peau…). Notre mission : lutter contre les préjugés dès le plus jeune âge avec de la littérature jeunesse inclusive, mais aussi des dessins animés, des séries, des expos… le monde culturel au sens large.

On voudrait aussi mettre en place des outils et des ateliers pédagogiques à destination des parents et des enfants. Notre rôle est d’éduquer les parents à déceler les clichés véhiculés dans les fictions. Nous ferons aussi des ateliers pour les illustrateurs et les éditeurs, pour qu’ils se déconstruisent, mais aussi colorisent mieux les racisé-e-s.

couvFB

En publiant mon livre, j’ai aussi constaté que beaucoup de racisé-e-s pensent ne pas être capables d’un tel travail, l’association aura donc aussi pour but d’encourager les racisé-e-s à écrire, pour montrer d’autres histoires plus ouvertes. J’aimerais aussi monter un parcours dédié à ces questions dans le salon du livre jeunesse à Montreuil. En septembre 2017, il y aura une journée d’études sur la littérature jeunesse, réservée aux professionnels, personnels d’éducation. Puis nous nous lancerons dans des ateliers spécifiquement dédiés aux enfants.

On nous accuse parfois de communautarisme, alors qu’il s’agit simplement d’avoir une culture jeunesse qui reflète la réalité. L’idée est d’amener une nouvelle génération à mieux comprendre les différences, être plus tolérant et avoir une meilleure estime de soi. »

Pour soutenir l'association Diversité&Kids en y adhérant, c'est ici !

 

Publié par

Journaliste, cette ourse adore écrire sur les thématiques qui lui tiennent à coeur : discriminations, santé, féminisme, luttes… De formation littéraire, c’est une droguée de lecture et d’écriture. Militante féministe et politique à ses heures perdues (ou gagnées !), elle a fait également partie d’un syndicat étudiant il y a quelques années. Cette ourse est une gourmande qui ne résiste jamais à un chocolat, ou à un pot de miel… Curieuse de tout, elle traîne ses pattes sur les réseaux sociaux à la recherche de la moindre info. Taquine, elle aime embêter les autres ourses. Elle est aussi connue pour ses grognements et son caractère persévérant. Elle ne lâche rien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s