« Hors la loi » : Le procès de Bobigny mis en scène au théâtre

Depuis le 24 mai 2019 au théâtre du Vieux Colombier à Paris, une troupe de neuf comédien.ne.s dirigé.e.s par Pauline Bureau interprètent l’histoire de Marie-Claire Chevalier, violée à l’âge de 15 ans par un camarade et accusée par la justice française d’avoir avorté en 1972. La jeune fille a été défendue par l’avocate Gisèle Halimi, fondatrice avec Simone de Beauvoir du mouvement Choisir en 1971, dans le cadre du procès de Bobigny. Cette histoire a plus que jamais permis de faire évoluer les mentalités, prouvant aux yeux de l’opinion publique française l’inutilité des lois répressives de 1920 qui interdisaient l’avortement.

Les comédiennes Claire de La Rüe du Can (Marie-Claire Chevalier) et Françoise Gillard (Gisèle Halimi).

La mise en scène savamment construite permet de faire entrer le public dans l’intimité de cette jeune fille de 15 ans, vivant seule avec sa mère et sa jeune sœur. C’est une enfant insouciante que l’on voit devant nos yeux être abusée par son agresseur, puis honteuse « de ne pas avoir su lui échapper ».  Sans en dire davantage sur la mise en scène et la construction de la pièce, on ressort de ces deux heures bouleversée. A la fois révoltée par autant d’injustice et de souffrances subies par Marie-Claire incarnée par Claire de la Rüe du Can, et profondément émue devant la comédienne Martine Chevallier qui interprète la jeune accusée à l’âge de 60 ans. Cette dernière permet d’effectuer un retour vers son passé et ce « moi d’avant », si malmené qu’elle raconte ne plus se souvenir de la jeune fille qu’elle était avant cet événement.

5.000 femmes en moyenne décèdent chaque année d’un avortement clandestin dans les années 1970

Cette pièce permet également de mettre l’accent sur le combat de Gisèle Halimi, brillamment incarnée par Françoise Gillard, son histoire et son acharnement à défendre Marie-Claire ainsi que toutes ces autres femmes obligées d’avorter clandestinement dans des conditions sanitaires terribles. Des chiffres évoqués au cours de la pièce sont frappants, en France dans les années 70, 5 000 femmes en moyenne meurent chaque année des suites de complications liées à un avortement clandestin. En 1972, si l’on multiplie ce nombre aux années nous séparant des lois répressives de 1920, cela revient à 260 000 femmes. Bien évidemment, les premières touchées sont les plus faibles financièrement, celles qui n’ont pas les moyens de se faire avorter à l’étranger. A l’instar de Marie-Claire, fille d’une mère célibataire élevant seules ces deux filles avec 1 500 francs par mois.

Les comédiennes Claire de La Rüe du Can et Coraly Zahonero (Michèle Chevalier).

Ainsi, mettre en scène l’histoire de cette jeune fille, âgée de 16 ans en 1972, n’est pas anodin. C’est même essentiel pour ne pas oublier en 2019 cette part de l’histoire des femmes en France. Le combat ne s’arrête jamais et le droit des femmes à disposer de leur corps, à décider pour elle-même de ce qui est bien ou mal, moral ou immoral, à parvenir à la simple conscience d’être libre n’a de cesse d’être remis en cause. Si l’avortement est si problématique pour certain.e.s c’est aussi et surtout car il tend à remettre en question ce mythe féminin, cette destinée de femme-mère par nature complètement dépendante des hommes. Dans le Deuxième Sexe, en 1949, Simone de Beauvoir dénonce ainsi un de ces stéréotypes qu’elle s’attachera à déconstruire tout au long de son essai et qui constitue également un sujet fort de la pièce : « Si en tant qu’épouse, elle n’est pas un individu complet, elle le devient en tant que mère: l’enfant est sa joie et sa justification » .

Or ce droit à l’avortement, comme le soutient l’avocate Gisèle Halimi, est déjà usé en dehors de la loi française. En effet, on pourrait retenir de cette pièce cette phrase prononcée par le personnage de l’avocate : « la loi ce n’est pas la loi, mais la représentation d’une société à un moment donné, la loi évolue toujours et nous pouvons tous.tes la changer ».

Plus que jamais cette phrase fait écho avec notre actualité. Il est en effet bon de rappeler que le combat pour le droit à l’avortement, pour les droits des femmes en général est bien loin d’être terminé en 2019. Le cas révoltant du Sénat de l’Etat de l’Alabama ayant adopté le 15 mai 2019 un projet de loi visant à restreindre l’avortement au seul cas d’urgence vitale pour la mère en est la preuve. Le combat à disposer librement de son corps continu et l’histoire de Marie-Claire Chevalier, de toutes ces autres femmes accusées injustement et victimes de ces lois restrictives n’est pas et ne sera pas oubliée.

« Hors la loi », à voir au théâtre du Vieux Colombier à Paris du 24 mai au 7 juillet 2019.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s