L’impact du « male gaze » au cinéma

Ou comment le regard masculin rivé sur notre monde s’impose dans nos salles de cinéma et par ricochet, nous tient en captivité dans la société.

Le male gaze n’est pas une expression récente même si elle se donne à décrire un phénomène actuel. Analysé en 1975 par Laura Mulvey, en français « regard masculin », il s’agit de l’art de dépeindre le monde à travers le regard des hommes. Sortons directement les grands mots. Il va de soi que le male gaze se trouve enveloppé dans un concept plus général qu’est celui de patriarcat. Ce dernier possède une connotation telle que lorsque je l’entendais il y a encore quelques temps, je voulais fuir. Fuir des débats, fuir de la réflexion. Est-il possible de directement s’attaquer au patriarcat ? Un sujet si large, si intériorisé et si abstrait ? Déplaçons plutôt le curseur sur un domaine que nous connaissons mieux afin de pouvoir mettre en perspective le patriarcat. Eh bien, parlons cinéma ! Parlons male gaze ! Il y a peu j’ai été éblouie par l’interview « Male gaze, ce que voient les hommes »*, d’Iris Brey, une spécialiste de la représentation du genre et des sexualités à l’écran. J’ai pris conscience de certaines choses dont les conséquences néfastes sont tangibles. Rentrons dans le vif du sujet : étant largement dominant dans le cinéma, quel est l’impact du male gaze dans nos sociétés ?

Faisons connaissance. Ma série préférée ? Mon film préféré ? Ma trilogie préférée ? Mad Men, Platoon, Le Parrain. Eh bien non, je ne l’ai pas fait exprès ! Un îlot de références qui s’amassent autour d’une seule et même expression : Male gaze. Mes références cinématographiques sont largement dominées par des figures masculines. Et vous ? Tout d’abord, je me suis dit que le problème venait de mes propres références culturelles ou encore que le cinéma américain n’était peut-être pas la référence en termes de parité. Qu’il me fallait basculer vers le cinéma français ou vers le cinéma étranger. Ce fut une déception. Force est de constater qu’une grande majorité de films – et c’est un euphémisme – a une dominante masculine. Cela ne se mesure pas simplement au casting. Le secteur cinématographique est victime de fortes inégalités. Il y a plus de réalisateurs que de réalisatrices dans le monde, en Europe et en France comme le montre le rapport du CNC « La place des femmes dans l’industrie cinématographique et audiovisuelle » réalisé entre 2008 et 2017.

Le processus …

Halte aux gens qui diront que ce n’est qu’une question de mérite. Lorsqu’il n’y a que 24 % de réalisatrices contre 76% de réalisateurs (rapport CNC), il n’y a aucun mérite. D’après Iris Brey, et c’est une évidence, l’industrie cinématographique (dominée par les hommes) n’accorde pas assez sa confiance aux femmes. Elles sont largement sous-estimées par rapport aux hommes. D’où l’écart majeur qui existe entre le nombre de réalisateurs et le nombre de réalisatrices. Par conséquent, cette faible présence féminine à ce poste explique la prédominance du male gaze au cinéma.

C’est fou mais c’est vrai. Lorsque l’on regarde un film, le·a spectateur·ice découvre et s’approprie ex-ante (au préalable) le point de vue du réalisateur. Par l’intermédiaire de la caméra, le regard du.·de la spectateu.r·ice est subtilisé·.e sans qu’il·iel·.elle ne puisse s’en rendre compte. Le réalisateur devient le pilote de ses émotions, il tend à se transformer en dictateur en manipulant ses sentiments, il est le fantôme ingénieux qui oriente délicatement ses pensées. Les jugements ne sont plus ceux du·de la spectateur·ice, ses observations non plus. Ses facultés sont altérées et habilement transportées par le prodigieux savoir-faire des techniques cinématographiques. Compte tenu de tout ce qui vient d’être dit, le cinéma semble être à la fois fabuleux et vicieux. Ensemble, le réalisateur et le.·la spectateur.·ice flânent et s’élèvent vers un autre monde. Cependant, le monde dans lequel tou·te·s deux se rencontrent n’est rien d’autre que celui du vaillant réalisateur. De sorte qu’au regard ce qui a été posé précédemment, le monde que l’on rencontre jour après jour, films après films, à quelques exceptions près (24%), est masculin. Dès lors, nous sommes tous confronté·.e·.s au male gaze. Est-ce une fatalité ?

Les conséquences …

Sans s’en rendre compte, à force de s’approprier le point de vue masculin, une certaine vision du monde vient s’imposer à nous. Et; celle-ci vient notamment s’imposer aux femmes.  C’est pourquoi, se pose la question de la place des femmes à l’aune de cette configuration. Avec ce qui leur est offert à l’écran, les femmes finissent par s’identifier au regard masculin. Une identification pouvant mener à la négation de l’existence même d’un point de vue féminin sur le monde. De ce fait, on pense devoir agir comme un homme et on pense devoir penser comme un homme tout simplement parce que c’est le seul modèle qu’il nous ait permis de voir et d’avoir. Un conditionnement s’opère et cela, à notre insu, dans les profondeurs de notre inconscient et par l’intermédiaire du cinéma. Les choses seraient différentes s’il régnait un peu de parité au sein de ce cercle semble-t-il fermé. Avec plus de réalisatrices, nous ne pouvons imaginer toutes les possibilités qui permettraient à toutes de se sentir représentées au cinéma et par conséquent de se sentir exister dans la société. Mais voilà, il faut donner aux femmes autant de place qu’on en accorde aux hommes pour qu’elles puissent s’exprimer. En 2019, le CNC est, à juste titre, allé en ce sens en valorisant par le biais de bonus les personnes qui tendent à promouvoir la parité dans ce secteur. La voie est ouverte. Il n’y a pas de méritocratie, juste un monde à refaire. Le cinéma est le miroir de notre société. Son rôle est donc important et il nous faut observer ses effets.

Enfin, y a-t-il meilleure conclusion qu’une ouverture ? Dans ce cas, je me permets pour finir d’ajouter un point important qui s’éloigne un peu du cinéma mais qui me semble tout de même pertinent. Dernièrement, l’interview de Dana Suchow sur Brut. intitulée « Ouais je n’aime pas me raser » m’a marquée. Un ami m’a dit « C’est agaçant, ça la concerne, tout le monde se fout de ce qu’elle peut bien faire de sa vie ». En discutant avec lui, je me suis magiquement révélée à moi-même quelque chose. J’ai compris que cette vidéo participait au female gaze. C’est-à-dire, un moyen de mettre en avant le regard féminin sur le monde ! La circulation de toutes ces vidéos et de ces témoignages montre qu’il y a du female gaze en profusion qui éclate et qui se diffuse en réaction contre le male gaze. Et finalement, contre le patriarcat. Alors certes, la route est encore longue, mais elle est déjà bien entamée.  

*Entretien de Victoire Tuaillon avec Iris Brey à retrouver sur le podcast.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s