Le culte de la maternité

Note : dans ce billet d'humeur il est question essentiellement des femmes cisgenres et dyadiques.

Nous vivons dans une société qui incite les femmes à devenir mères et qui critique celles qui ne le souhaitent pas. J’ai moi-même toujours voulu des enfants, partant du principe que c’était naturel. En vieillissant, je comprends que ce n’était peut-être pas un choix finalement. Alors j’ai creusé mon cerveau de féministe pour comprendre le mécanisme et l’origine de cette idée fixe de devenir mère. J’ai trouvé une piste à explorer, du coup, je décide de partager.

BILLET D'HUMEUR D'UNE MAMAN

Mères antiques ou préhistoriques, même combat

Si l’on fouille un peu l’Histoire, on comprend très rapidement qu’à travers les âges, on a toujours voulu assigner comme seul rôle à la femme, celui de perpétuer l’espèce. Le culte de la maternité prend racine dès l’origine de l’humanité.

Les représentations de la déesse mère, datant du paléolithique, laissent penser que les femmes avaient une place toute particulière dans la société. Celle d’une mère. Penchons-nous quelques minutes sur l’allure des statuettes. Constatons que les éléments les mieux représentés sont le ventre, pour fabriquer bébé, et les seins, pour le nourrir. Certaines ont les hanches généreuses, en effet, il est avéré que plus elles sont larges, plus la femme est à même de porter un maximum d’enfants. Tête, jambes et bras sont superflus.

De même dans l’Antiquité, qu’il s’agisse de la Grèce ou de la civilisation romaine, les femmes n’ont pas plus de “valeur” que dans le Code civil napoléonien. Une jeune fille n’a d’autre intérêt que l’importance de sa dot. Elle est une mineure à vie. Sa seule contribution à la communauté passe par le nombre d’enfants, mâles de préférence, qu’elle sera en mesure de produire pour son époux. La femme grecque est exécutée en cas d’adultère, pas question de risquer la naissance d’un bâtard. La femme romaine quant à elle, est d’autant plus valorisée que le nombre de ses enfants est grand.

La mère vierge, vénérée entre toutes

La religion chrétienne fournit un terreau propice au patriarcat. Le culte de la maternité

le culte de la maternité
©josemdelaa

dans le christianisme est étroitement lié à Marie, personnage fort intéressant, quand on cherche des réponses à la question de la condition de la femme en 2020. Elle attire l’attention parce qu’en plus d’être une femme et une mère célèbre, elle réalise la prouesse de rester vierge. De fait, elle gagne une reconnaissance éternelle et est bénie à jamais. Aucune femme ne pourra jamais se hisser à un tel niveau. Le commun des mortelles doit toujours passer à la casserole avant de fabriquer un-e humain-e. Dans une culture profondément marquée par le christianisme, une femme devra toujours choisir entre deux façons de s’amender de sa condition féminine. La première est de rester vierge, la seconde est de devenir mère. Sans pour autant égaler Marie, l’une ou l’autre nous évitera le bûcher.

Je fais une parenthèse à propos de Eve et Lilith (présente dans certains courants d’interprétation du judaïsme). La première, en devenant la mère de l’humanité, parvient à racheter (en partie) son péché. La seconde, en refusant de se soumettre, est condamnée à ne jamais devenir mère. Les bases du culte de la maternité et de l’attachement à la virginité sont posées.

Dissection d’une maternité idéalisée

Devenir mère, la plus belle expérience de votre vie de femme. Nous baignons littéralement dans ces images de mères épanouies, heureuses et fières. Ces femmes accomplies qui ont tout réussi, puisqu’elles sont à la tête d’une famille nombreuse. Elles ont trouvé un sens à leur vie en se reproduisant. Le plus beau jour de leur vie était, évidemment, leur passage à la maternité. Quand elles ont donné naissance, elles sont devenues complètes.

le culte de la maternité2
©4lifelv

En devenant mères, les femmes sont enjointes à essayer sans relâche, de coller à l’image façonnée par la société. Décider d’accueillir un enfant en soi est imaginé comme une grande aventure qui mène à l’accomplissement. De toutes les façons, la maternité est la meilleure chose que nous puissions réaliser ; qui nous permet de développer les qualités humaines des vraies femmes : la douceur, la compassion, la délicatesse…

Partout où il est question de femmes, l’idée de l’enfant est sous-entendue. Avez-vous remarqué que les gynécologues sont des gynécologues-obstétriciens ? Que les unités hospitalières qui s’occupent de la santé des femmes sont souvent des pôles mères-enfants ? Que les plannings familiaux, où on peut avorter entre autres, s’appellent des plannings familiaux. Les femmes sont poursuivies jusque dans les toilettes publiques, où l’on retrouve les tables à langer. Même dans la loi, le droit des femmes est associé au droit de la famille ou de la petite enfance. Encore et toujours, l’enfant est indissociable de la femme : la mère et l’enfant.

L’instinct maternel va de soi. Le gène du ménage va avec celui de la fibre maternelle. Une femme est faite pour être mère. C’est comme ça.

Et puis, une fois mère, on découvre la vérité

Sauf qu’une femme a bien d’autres façons de s’épanouir qu’en faisant des enfants. Je dirais même que c’est plus facile sans. Ce n’est que depuis très récemment qu’on découvre les véritables joies de la maternité. Les tabous se lèvent, difficilement, l’on arrive à faire comprendre que devenir mère est loin d’être une sinécure. J’ai grandi avec l’idée que la maternité était une réalisation personnelle, une transcendance formidable. Clairement, sans enfant, je n’atteindrais jamais mon plein potentiel féminin. Ce n’est que maintenant, avec le recul, l’expérience et les enfants, que je me rends compte des mensonges et des non-dits, qui entourent cette expérience humaine. Devenir mère c’est dur. Rien n’est inné ni évident. C’est une épreuve à laquelle nous ne sommes jamais assez préparées. Et surtout, la maternité ne recèle en aucun cas le secret de la féminité ultime.

le culte de la maternité3
©Counselling

Une femme enceinte devient la pupille de la société. Chacun ira de sa petite recommandation. Le ventre gestationnel jouit d’un libre accès que n’importe qui veut tripoter. Pourtant je n’ai lu nulle part que ça portait chance. Les femmes gestantes sont noyées sous les injonctions et les interdictions. Il faut faire ça, mais surtout pas ça. Une nouvelle mère aura droit, elle aussi, à tout un tas de conseils, dont elle n’a rien demandé. Tout le monde, y compris le vieux collègue célibataire sans enfants, sait mieux qu’une jeunette comment prendre soin d’un nouveau-né. Le post-partum est une plaie et le congé maternité largement mérité et justifié. On en ressort généralement épuisée, aussi bien physiquement que psychologiquement. Une vague de témoignages a d’ailleurs envahi les réseaux en février 2020 avec le mouvement #MonPostPartum ; réponse à la censure d’une publicité lors de la 92e cérémonie des Oscars. Pour une fois que la vraie vie était mise en scène, ABC, la chaîne américaine, l’a jugée “trop crue”.

Quand les enfants grandissent, ils amènent leur lot de contrariétés qu’il est important de bien mesurer avant. Sans compter la contrainte que représente la maternité dans la vie d’une femme ; privée ou professionnelle.

Non, être mère n’est pas l’objectif de toutes les femmes et oui elles ont le droit de choisir de ne pas faire d’enfants. D’autant qu’une femme risque bien souvent de devoir assumer seule la charge du soin et de l’éducation des enfants en cas de séparation. Le culte de la maternité est un piège dans lequel on tombe toute petite. En nous conformant au modèle pensé pour nous depuis toujours, on monte en grade dans la société. La maternité nous éviterait l’ennui mortel de la virginité, tout en nous évitant la troisième option : la pauvre femme aux mœurs légères (pour ne pas dire une salope).

Publié par

Moi, c'est Klo. Une Femme de 35 ans, féministe, lesbienne tardive, fonctionnaire, mère, fatiguée du système : de la société de consommation et du patriarcat pour ne citer que ça. J'aimerai beaucoup changer ma vie du tout au tout, ou presque, mais comme ça ne va pas être pour tout de suite, car ce n'est pas aussi facile que de le dire, je vais passer le temps en partageant avec vous ma vision des choses. Je dis bien souvent des horreurs que j'assume à 100%. J'ai un avis sur tout ! Et c'est donc avec plaisir que je vous livre ma critique de la société. Je ne suis pas sûre de pouvoir changer le monde mais je peux changer ma vie. Je suis certaine de pouvoir vous faire réfléchir, vous informer (de temps en temps) et vous faire sourire en passant. À bientôt ;-) Klo

Un commentaire sur « Le culte de la maternité »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s