Le crêpage de chignon fait de l’audimat

Je dois vous faire une confession. Oui, j’ai regardé les Reines du Shopping sur M6. Exilée dans le Limousin cet été, entre les vaches et les prés, je m’y suis laissée prendre. Si vous ne connaissez pas – et je vous le souhaite – c’est du lundi au vendredi, vers 17h30. Chaque semaine, cinq candidates s’affrontent. Christina Cordula – encore elle – leur impose un thème : « être chic en masculin-féminin », « dîner avec Georges Clooney » ou bien « se rajeunir ». Chaque jour, l’une d’elles a trois heures pour trouver la tenue idéale, coiffure et maquillage compris. Ensuite, elle défile devant ses concurrentes, qui la notent à la manière d’ « Un Dîner Presque Parfait », et par Christina qui révèle ses notes le vendredi. A première vue, cela a tout pour agacer la féministe viscérale que je suis. Et pourtant, cela a pris un peu de temps.

J’aurais pu m’énerver en voyant une compétition de shopping où les concurrentes sont uniquement des femmes, enfermées dans un cliché hermétique. Mais je réfléchissais plutôt à comment élargir le concept aux hommes – la production a d’ailleurs prévu de consacrer une semaine aux messieurs bientôt. J’aurais pu m’agacer des tournures de phrases de Christina, entre « c’est interdit » ou « il faut ». Comme s’il n’y avait qu’une seule « bonne » façon de s’habiller, des carcans à respecter. Non, je regardais tout cela de loin, avec dérision, en piochant -quand même – quelques bonnes idées.

Et puis, cela a fini par m’énerver –enfin ! Et pour trouver la cause, il faut plutôt aller du côté de l’ambiance entre les candidates, créée et encouragée par M6. Jeunes, âgées, minces, rondes, plus ou moins intelligentes, ces femmes ont toutes un point commun : elles dégomment leurs adversaires dans leur dos. Pourquoi ? Parce c’est ce que la chaîne recherche.

Une mise en scène dégradante

Dès que les cinq femmes se rencontrent, la caméra leur demande en aparté ce qu’elles pensent de leur concurrentes. Puis, dès que l’une d’elles part en shopping, les autres sont invitées à commenter en direct ses choix. Évidemment, la production ne gardera que les commentaires les plus expressifs ou les plus méchants. Autant attirer l’audimat. C’est si drôle de voir les femmes dirent du mal entre elles… Toutes des langues de vipères, c’est bien connu ! Malheureusement, les concurrentes jouent très bien le jeu et rivalisent d’imagination pour être la plus médisante possible.

Le problème, c’est qu’une fois en face de la candidate du jour, elles vont forcément s’adoucir. Souvent, elles changent d’avis, adorent la tenue choisie, et si jamais elles n’aiment vraiment pas, elles commencent par dire : «  Coucou ! Comment ça va ?… Bon tu t’es amusée c’est l’essentiel ». Alors que 5 minutes avant, elles la traitaient de serpillière. Et c’est logique, elles ne veulent pas blesser leur adversaire. Mais du coup, les voilà taxées d’ « hypocrites ».

Cette atmosphère est entretenue par une voix off qui relève tous les retournements de veste et s’en délecte. La voix off n’a d’ailleurs de cesse de ridiculiser la candidate tout au long de son shopping. Le vendeur lui fait un prix pour « son beau sourire » ? Zoom sur son décolleté plongeant et la voix off sous-entend que c’est la vraie raison de cette remise. Je vous laisse deviner le sexe de cette voix… Et oui, c’est un homme.