L’Inter-LGBT désavouée avec le départ de FièrEs

L’association féministe lesbienne, bi, trans, FièrEs a annoncé dans un communiqué posté le 6 mai 2015 sur son blog, dans une lettre lue en réunion du Pôle poliique, et sur les listes internes, qu’elle quittait l’Inter-LGBT. L’affiche choisie par l’Inter-LGBT pour la Marche des Fiertés 2015 a été « la goutte d’eau qui fait déborder le vase ».  FièrEs ne se contente pas de critiquer ce choix : l’association a choisi de rester cohérente avec ses principes en se désolidarisant complètement de l’organisation. « Cette affiche, qui fait référence à une symbolique républicaine clivante, qui est intégrationniste, exotisante et dont le mot d’ordre ne comporte aucun appel aux actes et aucune revendication, reste contraire à nos valeurs », rappelle le communiqué.

Nous ne voulons pas, alors que nous ne sommes pas écoutées, et régulièrement mises à l’écart, continuer à servir de caution féministe à l’Inter-LGBT en en restant membre

Cependant : « Elle n’est ni l’unique raison de ce départ, ni la principale. » Le fond du problème reste le manque de place accordée « à une véritable analyse intersectionnelle« , prenant en compte le racisme, la transphobie, la biphobie, le sexisme… FièrEs dénonce également des échanges de mails violents, parfois sexistes, sur la liste de l’Inter-LBGT, avec le rejet d’actions non-mixtes qualifiées de violences envers les hommes, ou encore des critiques de la part d’hommes cis membres de l’Inter-LGBT contre des slogans féministes anti-viol au motif qu’il ne faudrait pas s’attaquer aux personnes (!) ni aux biens (!!).

                  Le cortège de FièrEs à la manifestation du 8 mars 2015 à Belleville. © Ourse Printanière

Malgré son départ, FièrEs annonce qu’elle continuera de collaborer avec certaines organisations comme le Centre LGBT Paris-Ile de France, Bi’cause, Acceptess-T, Aides, Les Enfants d’arc-en-ciel, Cineffable, Barbieturix, ou encore Le Mag-Jeunes LGBT ou Contact.

Ce (premier) départ est une défaite pour l’Inter-LGBT, qui s’était réjouie de la féminisation de sa composition avec l’arrivée de plusieurs collectifs lesbiens ces derniers temps. L’incapacité de la structure à garantir des échanges safes et le refus de tenir compte des oppressions se reproduisant en son sein a fait l’objet de vives critiques en interne, sans que la situation n’évolue. Le départ de FièrEs est donc à la fois un échec et un symptôme.

Les critiques envers l’Inter-LGBT au sein du mouvement sont vives depuis la décision unilatérale de cesser toute mobilisation de rue après le vote de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, et ce alors que d’autres revendications, comme la PMA, n’avaient pas abouti. C’est à ce titre que la refondation du mouvement lors d’États généraux LGBT a été lancée. Ces Etats Généraux prévus à Avignon en novembre 2015, seront-ils à la hauteur des espoirs qu’ils portent ?

Publié par

Journaliste, cette ourse adore écrire sur les thématiques qui lui tiennent à coeur : discriminations, santé, féminisme, luttes… De formation littéraire, c’est une droguée de lecture et d’écriture. Militante féministe et politique à ses heures perdues (ou gagnées !), elle a fait également partie d’un syndicat étudiant il y a quelques années. Cette ourse est une gourmande qui ne résiste jamais à un chocolat, ou à un pot de miel… Curieuse de tout, elle traîne ses pattes sur les réseaux sociaux à la recherche de la moindre info. Taquine, elle aime embêter les autres ourses. Elle est aussi connue pour ses grognements et son caractère persévérant. Elle ne lâche rien.