A la rencontre du Baragouinage de Bordeaux

Un soir au Baragouinage – Crédits Les Baragouinantes ©

Les Ourses à plumes : Bonjour les Baragouinantes et merci de bien vouloir répondre à nos questions! Alors pour commencer : c’est quoi le Baragouinage et depuis combien de temps existe-t-il?

Les Baragouinantes : Le Baragouinage a ouvert ses portes le 3 octobre 2014, mais c’est le résultat d’environ un an et demi de réflexions, de recherche de personnes intéressées par l’idée de créer un lieu féministe non-mixte à Bordeaux, de discussions pour savoir quel type de lieu on veut, pour y faire quoi, comment, et enfin de recherche d’un local.

Le résultat aujourd’hui : un local féministe non-mixte pour gouines, toutes les personnes trans, intersexes, bisexuelLEs, femmes, pansexuelLEs, meufs, lesbiennes, hétér@, queer et assexuelLEs (mecs cis-genre non-inclus). On peut venir s’y poser, participer aux activités, aux soirées et/ou en organiser. Il y des canapés super confortables, un bar et un infokiosque avec des brochures et des fanzines par dizaines 🙂

« C’est un lieu pour les personnes qui sont la cible du sexisme et de l’hétérocispatriarcat où il est possible de prendre de la force, échanger, créer, s’amuser. »

Les OàP : Il y a quelques malentendus autour du nom « Baragouinage » qui peut laisser penser qu’il s’agit d’un lieu non-mixte lesbien, est-ce que vous pouvez nous en dire plus sur votre conception de la non-mixité du bar?

L. B. : Oui, c’est vrai. Il y a eu parfois ce malentendu et des lesbiennes sont venues au local en pensant se trouver dans un lieu de sociabilité ou de drague lesbienne. Évidemment, le Baragouinage peut aussi être ça, mais pas que. Ce nom vient d’un jeu de mot : baragouiner vient de « pain et vin » en breton. Ça évoquait le côté convivial d’un lieu où on peut boire, manger et se parler. Et ça faisait triper qu’il y ait le mot gouine dedans. Puis on a ajouté « -age » pour faire un peu moins gouine 🙂 Depuis la construction du projet, il y a eu tellement de questions de fond à discuter, de décisions collectives à prendre sur le fonctionnement du lieu et de trucs administratifs pas funky que la question du nom est passé un peu en second plan. Mais le nom plaisait beaucoup quand même, et pas que aux gouines ! On s’est demandé récemment s’il ne valait mieux pas le changer pour être plus proche de l’idée du lieu. Et après moultes triturages des cerveaux pour finalement trouver des idées pas satisfaisantes, on a décidé de garder ce nom : on a l’impression que le lieu commence à être connu pour ce qu’il est vraiment et on communique clairement là-dessus, notamment dans notre charte.

La non-mixité au départ était meufs-gouines-trans, puis, suite à nos réflexions et les remarques d’autres personnes, on a élargi l’intitulé de la non-mixité, mais l’idée de base est toujours là : c’est un lieu pour les personnes qui sont la cible du sexisme et de l’hétérocispatriarcat où il est possible de prendre de la force, échanger, créer, s’amuser.

L’infokiosque avec ses brochures en accès libre – Crédits Les Baragouinantes ©

Les OàP : Le baragouinage, c’est d’abord un projet collectif, d’un groupe, ni une entreprise ni une association municipale. Vous vous revendiquez de l’autogestion. Comment vous fonctionnez en pratique?

L. B. : On est en association, mais c’est surtout parce que c’est plus pratique pour les trucs administratifs. On n’est pas dans une démarche de demande de subventions ou de sponsors.

Ce qui se passe dans le lieu, comment on le gère, ce qu’on veut y organiser, toutes ces décisions sont prises collectivement. Il n’y a pas de chef, pas de rôles fixes et chaque personne s’implique dans l’organisation selon ses envies et ses possibilités. Il y a donc un groupe d’orga régulier qui s’occupe de faire exister le local, d’assurer les ouvertures hebdomadaires, puis toute personne de Bordeaux ou d’ailleurs concernéE par la non-mixité du lieu peut proposer d’animer un atelier, organiser une soirée, une discussion, etc.

Une autre chose importante dans le lieu, c’est que tout (les adhésions à l’asso, la participation aux soirées, aux activités, le bar, les brochures de l’infokiosque) est à prix libre (chacunE décide si ilELLE veut mettre de l’argent ou pas et le montant) : pour que le plus de personnes possible aient accès au lieu et à ce qui s’y passe, nous ne voulons pas que l’argent soit un obstacle.

Le Baragouinage – Crédits Les Baragouinantes ©

Les OàP : Quelques exemples d’activités que vous avez organisées et que vous avez en projets?

L. B. : Ce qui a déjà eu lieu : projections de films, brunchs vegan, concerts, expo, ateliers d’autodéfense féministe, quiz musical, boums. On participe aussi à des événements organisés ailleurs en y amenant notre infokiosque. Un cours d’arabe vient de commencer et il y a des projets de soirées jeux, ateliers gode ceinture, atelier chant.

On vous invite à regarder le blog du Baragouinage où sont archivées toutes les choses qu’on a fait depuis le début et où vous trouverez les prochaines activités. On vous attend 🙂

Merci d’avoir pris le temps de répondre à nos questions!

Le Baragouinage :
68 rue de la Benauge, Bordeaux
ouvert tous les vendredis de 17h à 21h
Site web : ici