Revue du Web du 25 au 31 janvier

Cette semaine a été marquée par la démission de Christiane Taubira, ministre de la Justice. Symbole de ce qui restait de la « gauche » au gouvernement, fervente défendeuse du mariage pour tou-t-e-s et de la PMA, elle n’en avait pas moins un bilan mitigé.

Violences faites aux femmes

Le Monde s’est penché cette semaine sur les chiffres des violences faites aux femmes. 134 femmes sont mortes en 2014 sous les coups d’un conjoint violent, contre 129 en 2013. Des données qui nous rappellent le cas de Jacqueline Sauvage. Celle-ci a écopé de 10 ans de prison pour le meurtre de son mari violent et violeur. Alors que l’appel à une grâce présidentielle ne cesse de prendre de l’ampleur, celui pour une extension de la légitime défense pour les femmes battues le rejoint désormais, soutenu par plusieurs personnalités. Jacqueline Sauvage vient d’ailleurs d’obtenir une « remise gracieuse » de sa peine.

Autre forme de violence, pour lutter contre le harcèlement de rue, les filles du collectif mexicain Las Hijas de Violencia se battent avec des pistolets à confettis et leur Sexista Punk.

Les femmes migrantes, à Calais, subissent des violences d’un autre ordre, Gynécologie sans frontière lance d’ailleurs un cri d’alarme

Les Philippiennes rentrent en lutte. Les « femmes de réconfort », qui ont fait partie des 200.000 femmes, coréennes, philippines, chinoises, indonésiennes qui ont été enrôlées de force par l’armée nippone pendant la Seconde guerre mondiale, demandent à leur tour réparation, et espèrent obtenir autant que les Coréennes.

NOS corps !

Face à la propagation du virus Zika, plusieurs pays d’Amérique latine appellent les femmes à ne pas tomber enceintes. Dans cette région du monde, où l’avortement est souvent illégal, l’épidémie peut-elle faire avancer les droits des femmes à choisir d’être mères ?

La campagne #WomenNotObjects (« Les femmes ne sont pas des objets »), conçue par la publicitaire américaine Madonna Badger, dénonce le sexisme absurde véhiculé par certaines publicités de grandes marques.

Le fabriquant de jouets Mattel a annoncé la commercialisation de trois nouvelles silhouettes de sa poupée Barbie. Plus en chair, plus petite, plus grande, mais aussi plus noire et plus asiatique, Barbie est maintenant un peu plus fidèle à la réalité. Mais il y a encore de gros efforts à faire…

Des femmes artistes

Après la polémique autour du festival d’Angoulême 2016, la rétrospective consacrée à Claire Bretécher prouve que les femmes ont bel et bien leur place dans le monde de la bande dessinée. Cette exposition, présentée jusqu’au 8 février 2016 au Centre Pompidou à Paris.

Yagg donne un coup de projecteur sur quelques auteures, illustratrices, bédéistes, cartoonists qui racontent chacune à leur façon ce que c’est d’être une femme lesbienne, bie ou trans.

En France, en Espagne, partout, « au cinéma, l’invisibilité des femmes est invisible ». Le test de Bechdel est un moyen d’oberver si un film offre des rôles féminins consistants. Le site Polygraph en a passé 4.000 en revue. Conclusion : la capacité d’un film à réussir le test est fortement liée au sexe de ses auteur-e-s.

Pour aller voir du meilleur ciné, sachez que le festival Des Images Aux Mots (aussi appelé le festival de films LGBT de Toulouse) aura lieu cette année pour sa 9ème édition : à Toulouse, du 1er au 7 février, puis dans la région Midi Pyrénées du 8 au 25 février.

Initiative sympa : lassée de lire des livres dans lesquels elle ne se reconnaissait pas, Marley Dias, 11 ans d’origine jamaïcaine, qui vit aux États-Unis, a lancé la campagne #1000BlackGirlBooks afin de répertorier les livres mettant en avant des filles noires.

Publié par

Journaliste, cette ourse adore écrire sur les thématiques qui lui tiennent à coeur : discriminations, santé, féminisme, luttes… De formation littéraire, c’est une droguée de lecture et d’écriture. Militante féministe et politique à ses heures perdues (ou gagnées !), elle a fait également partie d’un syndicat étudiant il y a quelques années. Cette ourse est une gourmande qui ne résiste jamais à un chocolat, ou à un pot de miel… Curieuse de tout, elle traîne ses pattes sur les réseaux sociaux à la recherche de la moindre info. Taquine, elle aime embêter les autres ourses. Elle est aussi connue pour ses grognements et son caractère persévérant. Elle ne lâche rien.