Dust Cloth : les femmes de ménage kurdes à l’écran

Le personnage de la femme de ménage, au cinéma, est souvent à la fois relégué au second plan mais aussi crucial dans le dénouement des intrigues. Méprisée et à la fois au coeur de l’intime, cette figure complexe a été choisie par la réalisatrice Ahu Öztürk pour son premier long métrage, « Dust Cloth » (chiffon à poussière).

Les deux femmes de ménage s’entraident. // Crédits © Ahu Öztürk

On comprend assez vite qui est ce « chiffon à poussière ». Nesrin et Hatun, deux femmes de ménage kurdes à Istanbul, se considérant comme des « soeurs ». A la fois confidentes et transparentes auprès de leurs employeuses, ce rôle ambivalent a des effets pervers. « Vis ta vie ! » conseille une patronne à Nesrin. « C’est impossible avec ce travail précaire », lui répond-t-elle. « Alors, trouve un autre travail ». Facile à dire ! Si les employeuses essaient de se la jouer bienfaitrices en partageant parfois leurs repas avec leurs femmes de ménage, elles se gardent bien de les augmenter…

Femmes de ménages, mères et kurdes

Ces femmes ont une double journée. Si l’une travaille en emmenant sa petite fille avec elle, l’autre a son mari et un adolescent à nourrir à la maison. Tandis que les femmes cuisinent, les hommes s’allongent sur le canapé devant la télé.

Mais c’est aussi la triple peine, pour ces femmes kurdes, qui subissent un racisme à peine voilé. « L’idée est venue d’une histoire personnelle, une femme de ma famille venue pour voir mon fils, a été étonnée de voir que mon fils avait les yeux verts… et donc d’origine circassienne. Je rends aussi hommage à ma tante, femme de ménage », raconte Ahu Öztürk. « Jusqu’aux années 1990, l’existence des Kurdes était niée en Turquie. Le personnage d’Hatun renie d’ailleurs son identité et rêve de vivre dans les beaux quartiers », souligne-t-elle.

Un coup de coeur pour ces femmes courageuses qui n’ont pas leur langue dans leur poche. Un beau film à voir, même si on va forcément sortir les mouchoirs !

Prochaine séance au Festival international des films de femmes de Créteil : lundi 21 mars à 17h

Publié par

Journaliste, cette ourse adore écrire sur les thématiques qui lui tiennent à coeur : discriminations, santé, féminisme, luttes… De formation littéraire, c’est une droguée de lecture et d’écriture. Militante féministe et politique à ses heures perdues (ou gagnées !), elle a fait également partie d’un syndicat étudiant il y a quelques années. Cette ourse est une gourmande qui ne résiste jamais à un chocolat, ou à un pot de miel… Curieuse de tout, elle traîne ses pattes sur les réseaux sociaux à la recherche de la moindre info. Taquine, elle aime embêter les autres ourses. Elle est aussi connue pour ses grognements et son caractère persévérant. Elle ne lâche rien.