Revue du Web du 7 au 13 novembre

Cette semaine a bien sûr était marquée par l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. Les Ourses à plumes ont d’ailleurs écrit pour cette occasion un article sur le vote majoritaire des femmes blanches pour le candidat républicain.

Lundi dernier, le 7 novembre, les femmes étaient appellées par le collectif Les Glorieuses à cesser le travail à 16h34, pour protester contre les inégalités salariales. Rappellons que les femmes occupent 80% des emplois précaires. En mentionnant ces inégalités, la ministre des droits des femmes, Laurence Rossignol, s’est faite huer à l’Assemblée nationale… Preuve qu’il y a encore de sacrés progrès à faire…

Les coiffeuses sans-papiers du quartier de Château-d’Eau, à Paris, viennent d’obtenir gain de cause, deux ans après leur mobilisation pour obtenir leur régularisation. Leurs anciens patrons ont été condamnés à de la prison ferme.

« Un numéro pour parler aux bonnes personnes », c’est le message de la nouvelle campagne du Collectif féministe contre le viol. Pour joindre la ligne spécialisée, appelée « Viols femmes informations »: 0800 05 95 95. A lire aussi cette semaine : un article sur les violences conjugales chez les femmes de flics.

Enfin, nous relayons l’annonce d’une réalisatrice de documentaires qui cherche des témoignages de femmes entre 20 et 35 ans qui voudraient raconter comment elles vivent ou ont vécu leur surpoids.

Publié par

Journaliste, cette ourse adore écrire sur les thématiques qui lui tiennent à coeur : discriminations, santé, féminisme, luttes… De formation littéraire, c’est une droguée de lecture et d’écriture. Militante féministe et politique à ses heures perdues (ou gagnées !), elle a fait également partie d’un syndicat étudiant il y a quelques années. Cette ourse est une gourmande qui ne résiste jamais à un chocolat, ou à un pot de miel… Curieuse de tout, elle traîne ses pattes sur les réseaux sociaux à la recherche de la moindre info. Taquine, elle aime embêter les autres ourses. Elle est aussi connue pour ses grognements et son caractère persévérant. Elle ne lâche rien.