En couple, les handicapé-e-s vont payer !

Bien qu’existant depuis 1975, l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) est souvent au cœur de débats très âpres. Sa revalorisation, souvent demandée par celles et ceux qui la perçoivent, était une promesse du candidat Macron. Devenu président, il prévoit bien une augmentation, mais à la baisse pour 25% de ses bénéficiaires ! Cette proposition de loi devant passer à l’Assemblée nationale d’ici une quinzaine de jours, passage au crible de cette fausse réforme, qui va impacter en priorité les femmes handicapées…

graffiti-1088873_960_720
© Pixabay

Ces dernières semaines, le gouvernement Macron a voulu nous faire croire à un miracle… Celui d’augmenter l’AAH ! Cette allocation destinée aux personnes handicapées ne pouvant pas travailler, est un minimum social censé nous permettre de vivre dans la dignité… blablabla. Pour info, le prix de la dignité ne dépasse pas 810,89€ pour le moment et devrait donc être généreusement augmenté à 900€ en 2019 ! Sans compter que les deux compléments de l’AAH, respectivement celui du Complément de ressources et celui de la Majoration pour la vie autonome, vont fusionner et s’aligner sur…(roulements de tambour) le plus bas des deux ! De quoi rester dignement dans la pauvreté…

La prise en compte des revenus du/de conjoint-e, une aberration !

Mais au-delà de cette augmentation de façade, c’est une réalité encore plus cruelle qui se découvre. Déjà, il faut savoir que les revenus du/de la conjoint-e sont pris en compte dans le calcul de l‘AAH (selon un barème dégressif mais sommes toutes très bas), ce qui fait qu’une personne handicapée est condamnée à vivre à la charge de sa/son partenaire.

L’accès au travail est un parcours encore plus difficile pour les personnes en situation de handicap, voire parfois impossible, et cet état de fait est d’autant plus vrai pour les femmes handicapée dont le taux de chômage est de 53% contre 20% pour les hommes . Donc pour résumer, si t’es une femme handicapée tu restes gentiment chez toi à attendre que ton mari rentre (bon, tu pourras pas forcément lui préparer son repas car on se charge aussi de te sucrer tes heures d’aides humaines !)…

Ou alors tu te mets pas en couple, du moins pas avec un valide, ce qui me semble être le scénario le plus souvent imaginé par nos z’ami-e-s du gouvernement… Les couples handi/valide bouhhhh, Macron and co ne les aiment pas ! Donc pas de mariage pour tou-te-s, surtout pour les personnes en situation de handicap, et deux personnes handicapées de sexes différents ne peuvent même pas habiter ensemble (en tout bien tout honneur !!). La CAF considérant qu’un homme et une femme sous le même toit sont forcément ensemble, elle se décharge de toute homophobie en laissant gentiment tranquille les couples non hétéros puisque deux femmes ou deux hommes qui vivent ensemble c’est que de la colocation, on le sait bien !!

Dans la nouvelle réforme, l’AAH d’une personne handicapée en couple va être diminuée pour rejoindre le mode de calcul du RSA, histoire de bien tout niveler vers le bas… Ainsi, les barèmes de calculs de l’AAH par rapport aux revenus du/de la conjoint-e vont devenir les mêmes que ceux du RSA afin que les personnes handicapées touchent encore moins, même si leur partenaire a toujours le même niveau de vie.

Puis c’est vrai qu’une personne qui ne travaille pas parce qu’handicapée va soudainement pouvoir franchir tous les obstacles d’accessibilité que cette société met face à elle pour rejoindre son bureau au 4ème d’un immeuble sans ascenseur, prendre son repas sans auxiliaire ou communiquer sans traduction LSF… Moi je dis, une petite formation à Pôle Emploi et on vous transforme un-e handicapé-e en parfait-e travailleur-se adapté-e à la société valide ! Donc pourquoi on s’embête avec l’AAH, bande de paresseux-ses ?

Un combat plus global pour les droits des personnes handicapées

Pourquoi on s’embête aussi avec la PCH (prestation de compensation du handicap), qui est censée couvrir nos besoins liés à nos handicaps, et qui est toujours sur le fil du rasoir pour nous être supprimée . Le peu déjà acquis est sans cesse en régression, sans parler de ce qui en est absent qui n’est pas près d’apparaître. La non reconnaissance de l’aide à la parentalité , d’autant plus problématique pour les femmes qui restent les pourvoyeuses principales de soins aux enfants, met les femmes handicapées dans des situations d’autant plus précaires, pour ne pas dire dangereuses… En marche, donc pour la précarité ! Eh Mr. Macron, si je peux pas marcher on fait comment ??

Pour aller plus loin : 
-"AAH et vie en couple : une pétition réclame justice pour les personnes handicapées" 

-Le site Internet de la Coordination Handicap et Autonomie (CHA)

-Le site Internet de l’association Handiparentalité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s