« Notre corps, nous-mêmes » va être réédité

Un groupe de femmes a décidé de se lancer dans la réédition de l’ouvrage « Notre corps, nous-mêmes ». Les Ourses à plumes ont interviewé l’une des initiatrices du projet qui va redonner vie à cette bible féministe.

20150810_124710_zpsafxzbnfh
Edition originale de « Notre corps, nous-mêmes ».

Comment l’idée de la réédition de « Notre corps, nous-mêmes », est-elle née ?

Marie Hermann : « Nous avons été plusieurs à y penser pendant la même période. Pour ma part, j’avais déjà fait une première tentative de réédition avec des amies, à 20 ans, mais je manquais alors d’expérience pour monter ce projet.

Je trouvais cela dommage que l’ouvrage, aujourd’hui soit quasiment introuvable et son contenu non actualisé. Les données scientifiques et médicales ont évoluées. Les livres destinés aux adolescentes sur la sexualité aujourd’hui sont toujours très moralistes, le Dico des filles par exemple va très loin dans la culpabilisation…

Notre groupe d’auteures s’est constitué au cours de discussions et rencontres successives, au moment de la mobilisation contre la loi travail, en échangeant avec les membres de la Revue Z, des personnes qui travaillaient sur le plaisir féminin, des bloggeuses… Au bout de quelques réunions, notre groupe s’est figé à 10 personnes au début de l’été 2017, en faisant attention à varier les profils (âge, origines, orientation sexuelle…). Nous sommes toutes des féministes avec une expérience de l’écrit. Pour ma part, je suis désormais co-fondatrice de la nouvelle maisons d’édition Hors d’atteinte, qui éditera notre livre. »

Le livre « Notre corps, nous-mêmes » est sorti pour la première fois en 1971 aux États-Unis, sous le titre "Our bodies, ourselves" (Simon & Shuster), et a été adapté en 1977 en France chez Albin Michel. 
En s'appuyant avant tout sur des témoignages de femmes, donc une multiplicité de voix et de parcours, mais aussi sur des données scientifiques et médicales permettant de s'approprier son corps et de ne pas abandonner ce savoir à des médecins pas toujours bienveillants, cette sorte de boîte à outils conçue "par des femmes, pour les femmes" parle de consentement, règles, masturbation, désir, contraception, sexualité, enfantement, avortement, viol, autodéfense, colère, ménopause... toujours avec rigueur et bienveillance.

Pourquoi rééditer « Notre corps, nous-mêmes » est-il important ?

Marie Hermann : « Toutes celles d’entre nous qui ont eu ce livre entre les mains, ont été très marquées par le fait qu’il n’y ait pas de discours surplombant, mais des voix plurielles. Les expériences viennent des femmes elles-mêmes, elles observent leur corps et en tirent des enseignements plus pédagogiques qu’un simple discours pédagogique. Cet ouvrage inspire des envies de liberté, d’émancipation, d’empowerment, l’idée est que chaque femme sorte de sa lecture du livre en se sentant puissante. »

Lire aussi : Notre corps, nous-mêmes : une bible du féminisme deuxième vague

Comment allez-vous procéder ?

Marie Hermann : « Nous allons reprendre cette méthodologie, en remettant à plat tout le contenu de l’ouvrage. Chaque chapitre est coordonné par deux femmes, pour penser sa structure et récolter les témoignages. Nous nous retrouvons une fois tous les mois ou deux mois, pendant 4h, pour un atelier animé par une responsable de chapitre. Comme dans la version originale, nous commençons ces ateliers en parlant de nos vécus, nos témoignages qui alimenterons l’ouvrage final. Chaque binôme qui dirige un chapitre va recueillir ensuite d’autres en organisant des ateliers en public (plus d’infos sur le facebook du collectif d’auteures).

171210-ncnmgroupe150dpi-1512990884596-76b2fb230aeb4b2eaae9fa62fda45d6b.jpg
Une partie du groupe en décembre 2017, lors de la réunion Santé et médecine. Certaines sont membres de la Revue Z, d’autres sont anthropologue, sage-femme, étudiante, ou tiennent les blogs Marie accouche-là et Aloha Tallulah.

Sur les sujets sensibles, comme le voile ou encore le travail sexuel, nous avons fait le choix de les inclure de plusieurs manières, pour pouvoir faire consensus. Ainsi, on va parler de la prostitution dans la partie dédiée au travail, mais aussi dans la partie violences. Nous voulons également être accessibles à toutes les femmes, en faisant attention au vocabulaire utilisé.

Une évolution par rapport à la version de 1977 : au lieu de dédier un chapitre à l’homosexualité, des témoignages de lesbiennes alimenteront tout le livre.

Nous nous sommes données du temps pour réaliser ce projet, car c’est une entreprise de longue haleine. La sortie du livre étant prévue pour septembre 2019. Notre campagne de crowfunding, lancée pour récolter des fonds facilitant le recueil des témoignages, est déjà un succès, l’objectif des 22.000 € est déjà rempli. »

La campagne de crowfunding se clôture à la mi-janvier 2018, elle permet notamment de commander cette nouvelle édition de "Notre corps, nous-mêmes" en avant-première.

 

 

Publié par

Journaliste, cette ourse adore écrire sur les thématiques qui lui tiennent à coeur : discriminations, santé, féminisme, luttes… De formation littéraire, c’est une droguée de lecture et d’écriture. Militante féministe et politique à ses heures perdues (ou gagnées !), elle a fait également partie d’un syndicat étudiant il y a quelques années. Cette ourse est une gourmande qui ne résiste jamais à un chocolat, ou à un pot de miel… Curieuse de tout, elle traîne ses pattes sur les réseaux sociaux à la recherche de la moindre info. Taquine, elle aime embêter les autres ourses. Elle est aussi connue pour ses grognements et son caractère persévérant. Elle ne lâche rien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s