Quelles tendances dans le mouvement féministe aujourd’hui en France ?

Le mouvement féministe est aujourd’hui divisé en plusieurs courants. L’enquête que Les Ourses à plumes ont menée pendant l’été 2017, nous permet de mieux les analyser. Quelles tendances se dessinent ? Quelle place prend l’intersectionnalité ? Décryptage.

20150308_163156_zpsgkztxcns
Manifestation du 8 mars 2015, à Belleville. © Les Ourses à plumes
Sommaire du dossier sur l'enquête :
-Enquête sur l’état des lieux d’un mouvement féministe multiforme
-Des organisations féministes à la pérennité fragile ou un renouveau dynamique ?
-Les actions du mouvement féministe en France : des formes variées, des axes qui s’entrecroisent

Notre enquête (voir la méthodologie en bas de l’article) nous a fourni une quantité d’informations qui nous permettent de dégager plusieurs tendances dans le mouvement féministe actuel. Parmi elles on peut distinguer :

1- La cristallisation des deux grands courants féministes : radical/inclusif/intersectionnel d’une part, universaliste/républicain/laïc d’autre part

Un constat attendu, au vu des tensions puis les scissions au sein du mouvement féministe ces dernières années, qui ont éclaté au grand jour avec la division en deux manifestations distinctes pour le 8 mars à partir de 2014.

La rupture consommée apparaît naturellement dans les affinités citées. Des associations semblent agréger autour d’elles une certaine idée du féminisme. Parmi elles le collectif 8 mars pour TouTEs, pourtant dissout, semble rester une référence, du côté de Lallab et MWASI citées à de nombreuses reprises dans les organisations “proches” : la question du racisme et de l’islamophobie reste donc structurante, et le dynamisme des nouveaux collectifs sur ces bases motivant.

On repère à l’opposé la référence au CNDF et à Osez le féminisme.

Restent des associations qui semblent faire consensus entre les différentes sensibilités : parmi elles Fières, le Planning familial, l’AVFT (Association contre les Violences faites aux Femmes au Travail), le CFCV (Collectif Féministe Contre le Viol) ou encore CLASHES (Collectif De Lutte Anti-Sexiste Contre Le Harcèlement Sexuel Dans L’Enseignement Supérieur). A l’exception de la première, il s’agit d’associations connues pour leur engagement de terrain, qui répondent à des besoins concrets.

L’émergence de Fières peut être expliquée par la neutralité de cette association sur les questions d’islamophobie et de travail sexuel, et ses appels aux deux manifestations du 8 mars, ainsi que par l’inclusion de nombreuses thématiques marginalisées dans le mouvement féministe (VIH/SIDA, biphobie, transphobie, intersexophobie, grossophobie…).

La cristallisation en deux courants, avec une zone centrale qui inclurait les associations perçues comme les plus utiles et légitimes, se concrétise aussi dans les réponses sur la façon dont l’association se définit et sur le public auquel elle s’adresse en priorité.

1

Les termes “féministe” (92%), “antisexiste”(48,7%),  “antipatriarcale” (46,2%),  “antiracistes” (45,4%) ou encore “de gauche” (30,3%) sont très consensuels et utilisés, pour se qualifier, par des associations très diverses.

On perçoit les divergences de fond sur l’usage de la série “pro-travailleurses du sexe”(22,7%)/”anti-islamophobie” (32,8%), souvent renforcée de “transféministe”(11,8%), “révolutionnaire” (16%) et/ou “afro-féministe” (5,9%), face à la série “laïque” (31,9%)/”abolitionniste” (11,8%) /”universaliste” (11,8%), souvent renforcée de “républicaine” (10,9%). On le voit, il y a environ un gros  tiers des associations répondantes qui se placent résolument sur chacune de ces positions (certaines cochant par exemple “abolitionniste” mais pas “laïque”). Cependant, un petit tiers reste sur des termes plus généraux et consensuels. Il s’agit en général d’associations plus thématiques : lesbiennes ou LGBTI+, personnes grosses, éducation, universitaires, culture, jeunes, parents, hommes cis.

20150308_163833_zpshtluwvhq1.jpg
Manifestation à l’appel du collectif 8 mars pour TouTEs, 2015. © Les Ourses à plumes

Enfin, il est à noter que des associations des deux bords sont très nombreuses à se dire “intersectionnelles” (43,7%, voire 44,5% pour les réponses sur les champs d’action), y compris celles n’ayant pas coché “anti-islamophobie” ni même parfois “antiraciste”. Pour une dizaine d’associations, c’est même dans le même temps que “universalistes” “laïque” ou républicaine”. Il y a là clairement un enjeu de vocabulaire.

 

2- Une question importante : le vocabulaire

La compréhension de ce qu’est l’intersectionnalité est manifestement peu partagée. A titre d’exemple, une association s’est définie comme “(…) abolitionniste, antiraciste, républicaine, laïque, universaliste, intersectionnelle” en précisant “intersectionnel, oui mais à entendre dans sa définition initiale”.

Il nous paraît donc utile de rappeler ce qu’est l’intersectionnalité : une approche qui intègre (au moins) les dimensions de l’oppression sexiste, raciste et de classe. Une approche qui permet de penser l’oppression individuelle comme un carrefour d’axes de systèmes oppressifs. Une approche qui souligne la spécificité des vécus en fonction de chaque position dans les rapports de domination et qui permet donc de ne pas présenter un modèle d’émancipation unique qui conviendrait à toutes les victimes du patriarcat. Autant dire une incompatible avec l’universalisme, qui de son côté  s’oppose au “relativisme”.

Ceci est à relier avec une constatation frappante : une large part des associations ayant répondu ne comprennent pas notre question sur la mixité choisie. Au lieu de cocher 5 items parmi ceux proposés (1), 45,85% des associations ouvertes à tou.te.s ont préféré le préciser avec d’autres termes, certaines sur des bases binaires (“hommes et femmes”) avec des commentaires du genre “universalité donc pas de catégories” ou encore “femmes et hommes. je ne comprends pas les items”, “pas de distinction selon les genres”, “tout le monde”, “toute la population” ou “Toute personne féministe de bonne volonté”.

2

A noter pour celleux qui s’interrogent sur la misandrie du mouvement féministe : les deux tiers (65%) des associations sont ouvertes aux hommes cis, et dans 43,75% des associations répondantes ils ont même un pouvoir décisionnel.

Cette divergence, voire cette incompréhension sur les termes employés se traduit aussi concernant le transféminisme, qui est parfois cité comme qualificatif pour des associations se disant ouvertes « aux femmes cis et aux hommes cis » et ciblant « les hommes et les femmes ». Alors que l’expression “minorités de genre” semble s’imposer avec 34.5% des associations disant les viser comme public, moins de 10% d’entre elles se déclarent “transféministes”. Il faut sans doute se demander ce qu’un quart des répondantes entend alors par cette expression.

De manière générale, la place des personnes trans est très variable et plutôt écartée de nos attendus.

(1) « des femmes cis, des femmes trans, des personnes trans assignées femmes (trans FtM, FtX, non-binaires…), des personnes assignées hommes non-binaires, des hommes cis et ils ont un pouvoir décisionnel ou des hommes cis mais ils n’ont pas de pouvoir décisionnel »

 

3- Des réponses contre-intuitives sur l’inclusion des personnes trans

Dans les rapports entre questions trans et féministes, on observe depuis des décennies maintenant l’émergence d’un courant TERF (trans-exclusionary radical feminist), qui n’a souvent de radical que le nom, car cette approche est souvent celle de courants institutionnalisés, mais qui est par contre bel et bien transphobe. Ce courant est malheureusement arrivé dans la francophonie et en France, et constatant cela la rédaction des Ourses à plumes s’attendait à voir apparaître dans les réponses une exclusion importante des femmes trans, victimes privilégiées de l’approche cissexiste des TERFs.

3

Les personnes pouvant être membres de l’association pour les associations ayant coché les items correspondants (n’apparaissent pas les chiffres des réponses de type “tout le monde”).

Les résultats, sur plus d’une centaine de réponses d’associations, nous ont donc surpri.se.s : dans les réponses (autres que “tout le monde”) précisant les catégories pouvant être membres de l’association, on trouve à 73,1% les femmes cis (sans surprise), à 66,4% les femmes trans, et à 63,9% les personnes trans assignées femmes (trans FtM, FtX, non binaires…). Un examen approfondi a permis de préciser cette analyse : toutes les associations acceptant les personnes trans assignées femmes acceptent aussi les femmes trans. ; mais l’inverse n’est pas vrai.

IMG_4964.JPG
Parmi les 107 organisations qui ont répondu à notre questionnaire, 12 citent les personnes trans en répondant à la question sur le public ciblé prioritairement. © Ourse Malléchée / Pride 2015

Autrement dit, soit les associations n’acceptent que les femmes cis, soit elles acceptent les femmes cis et toutes les personnes trans, soit elles n’acceptent que les femmes cis et les femmes trans. De manière plutôt contre-intuitive, ce sont donc les personnes trans assignées femmes qui sont exclues d’espaces auxquels les femmes cis et trans ont accès.

Il faut sans doute y voir un phénomène assez net de ces dernières années ; sous la pression du courant TERF anglophone, le souci de ne pas exclure les femmes trans a transformé les définitions de certaines associations ou de certains espaces en “ouvert à toutes les personnes s’identifiant comme femme”, abandonnant en rase campagne les personnes assignées femmes mais qui ne s’identifient pas comme telles.

Il est également utile de préciser que les organisations ayant mentionné explicitement ne pas être ouvertes aux personnes trans sont une poignée : 1 est en non-mixité hommes cis, 4 en non-mixité femmes cis, et encore plus aberrant, 3 sont réservés aux femmes cis ET aux hommes cis uniquement.

 

4- Des organisations féministes s’organisant sur la base de critères autres que le sexe ou le genre

Qu’il s’agisse du recrutement des membres, du droit de vote, ou de l’accès aux fonctions dirigeantes, plusieurs associations nous ont répondu avoir des critères autres que le sexe ou le genre. Il est intéressant de constater que des associations qui ne s’identifient pas en premier lieu comme féministes au sens classique ont trouvé utile de répondre à notre enquête.

Nous avons ainsi pu relever parmi les axes particuliers : les identités LGBTI+, le lesbianisme, la transidentité, l’intersexuation, et le fait d’être racisé.e .Ces critères pouvant se cumuler. Certaines associations font aussi évoluer le droit de vote en fonction du thème discuté.

Par ailleurs, les publics visés pouvaient aussi être spécifiés, ce qui a donné des résultats plutôt intéressants, bien qu’il eût sans doute été utile de savoir les actions réelles mises en place en direction de ces publics : en effet 17,6 % disaient viser les migrant.e.s, 24,4% les personnes racisées, 29,4% les personnes trans, 39,5% les jeunes, 19,3% les salarié.e.s/travailleurses, 35,3% les lesbiennes, bi.e.s et pansexuel.le.s, et 23,5% les intersexes.

Au-delà de ces propositions que nous avions soumises, des associations nombreuses ont précisé d’autres champs : les musulmanes et personnes “dans les contextes dits musulmans”, les personnes grosses, les personnes en situation de handicap, les étudiant.e.s, chercheurses, enseignant.e.s, en particulier en études de genre ou en SVT, les travailleuses du sexe, les professionnel.le.s du cinéma et de l’audiovisuel, les parents féministes, mamans solos, parents vegans, les sportifs et sportives…et les hommes.
On voit par cette première série de tri et d’analyse des résultats de l’enquête que le mouvement féministe français prend l’aspect d’une nébuleuse, avec des proximités politiques, mais aussi beaucoup d’activités qui se déroulent en parallèle.

IMG_7137.JPG
Les Efronté-e-s se disent par exemple proches de ces orgas : « Brigade Anti-Sexiste – FièrEs – Collectif Féministes Révolutionnaires – AVFT – CFCV – FNSF – FIT une femme un toit ».  © OAP

On note ainsi également que 59,82% des associations n’ont pas répondu ou renseigné “aucune” à la question “De quelles organisations féministes vous sentez-vous proches ?”. Cette fragmentation se ressent dans les divergences de vocabulaire autant que dans les désaccords politiques. Alors qu’une partie de l’éclatement du mouvement peut venir de la création utile de nouveaux collectifs plus thématiques, et que malgré tout les réseaux semblent fonctionner suffisamment pour avoir permis à plus d’une centaine d’associations d’atterrir sur notre questionnaire, il est frappant de constater les dynamiques différentes entre un féminisme classique, universaliste, centré sur “les femmes”, et un mouvement plus jeune qui s’intéresse à la diversité des réalités et des identités.

La méthodologie de notre enquête :
Entre fin août et fin septembre 2017, 107 organisations ont répondu au questionnaire en ligne des Ourses à plumes, intitulé “L’état des lieux du mouvement féministe”. Les données qu’elles nous ont transmis, sont factuelles (nombre de personnes investies, champs d’action, modes d’action et d’intervention…), mais aussi politiques (appartenance à un courant, critères d’adhésion…). Si ce panel nous permet d’avoir une représentation large du mouvement féministe, elle n’est toutefois pas exhaustive et les résultats doivent donc être analysés avec prudence. Toutes les tendances et toutes les formes du mouvement féministe ne nous ont pas répondu avec la même représentativité, et les réponses au questionnaire peuvent être aussi biaisées par des réponses non-consensuelles au sein de l’organisation.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s