Elles ne veulent pas avoir d’enfant

Incomprises, les femmes qui n’ont pas envie de procréer font face à des pressions constantes. Et pourtant, n’est-ce pas de leur corps, de leur vie à elles dont il s’agit ? Témoignages.

47367538_2225615487709423_7159489261551484928_n.jpg
Les personnes « childfree », ne désirant pas avoir d’enfant, sont continuellement stigmatisées. © Camille Berberat

 

« Ne pas vouloir d’enfant n’est pas une décision, ni un choix, c’est un désir qu’on ressent ou pas. Une décision repose sur un argumentaire, et il n’y a aucun argumentaire pour ou contre faire des enfants, pas plus qu’il n’y en a un pour ou contre une orientation sexuelle ou de préférer les brocolis aux carottes ! La seule chose qu’on choisit c’est quand on les fait », affirme Calisto, 30 ans. Pouvoir s’épanouir sans enfants Pour Manue aussi, ce n’est pas une décision, mais « quelque chose qui va de soi. Plus le temps passe et plus je suis sûre de moi. Je ne veux pas avoir d’enfant. Il y a des gens qui ne sont pas intéressé·e·s par le canoë ou le tricot, ben moi c’est la parentalité. C’est une très grande responsabilité à vie, j’aime partir en voyage, parfois seule, parfois au dernier moment… J’aime ma vie telle qu’elle est. » Calisto souligne le fait que « ce ne sont pas des raisons, mais bien des conséquences du manque de désir. C’est comme dire que vous ne voulez pas d’un chat parce qu’il faut changer sa litière ou pas d’un chien parce qu’il faut le promener tous les jours… Si c’est « ça » qui vous arrête dans votre « désir » d’avoir un chien ou un chat, c’est que vous n’en aviez pas réellement le désir. Idem pour faire un enfant. »

Edith Vallée a été la première autrice à recueillir et analyser des témoignages de femmes ne souhaitant pas avoir d’enfant. Elle les répertorie en trois types de scénarios différents : « Il y a les femmes qui se réalisent dans l’union avec les personnes qu’elles aiment, elles reproduisent un petit paradis autour d’elles, où l’enfant serait perçu comme un intrus dans le couple. La deuxième possibilité, ce sont les femmes qui se réalisent dans l’action, elles veulent obtenir quelque chose, elles ont une vivacité qui donne à leur vie de la densité, ce sont des passionnées. Le troisième groupe de femmes, ce sont des personnes dans une logique de rupture, elles refusent de prolonger le monde tel qu’il est, contestent la violence du monde, son injustice. Certaines utilisent aussi l’argument de l’écologie, d’autres se sentent trop fragiles pour continuer la chaîne générationnelle et risquer de transmettre du malheur. »

Ainsi, pour Lilou, 27 ans, c’est « une évidence. Je n’ai pas la  »place » pour un enfant. J’aime ma vie telle qu’elle est aujourd’hui. Je ne veux pas rogner sur mes libertés, sur mon confort, sur ma vie de couple, de femme. J’aime le cocon que j’ai construit avec mon homme. Je vois un enfant comme un  »intrus » qui viendrait déstabiliser cet équilibre. Je suis aussi quelqu’un d’angoissé. Je ne suis pas en mesure de supporter le stress inhérent au rôle de parent. Je ne vivrais plus, je serais perpétuellement inquiète pour l’enfant. Peur de mal faire ou carrément qu’il meure ».

Catherine, 35 ans, n’a « jamais ressenti le besoin ou l’envie d’avoir des enfants ». En plus de ne pas avoir de désir, elle trouve de nombreux désavantages à être parent : « devoir transformer sa vie pour passer son temps à s’occuper de quelqu’un d’autre, ne plus avoir le temps de rien, épuisant nerveusement et physiquement, ne pas pouvoir s’épanouir à sa mesure, risquer de perdre son couple, un gouffre financier ».

Pour elle, « une femme peut s’épanouir par d’autres biais que la maternité. Je préfère pour ma part continuer à vivre, à découvrir, apprendre des choses, participer au débat public, m’investir écologiquement et socialement. » Catherine pense aussi que « notre planète est déjà très endommagée par la surpopulation globale ». Même avis pour Sophie, 29 ans, qui a affirmé dès ses 19 ans son désir de ne pas avoir d’enfant : « l’impact d’un être vivant en plus sur la planète n’est pas à négliger selon moi ». Parmi ses autres préoccupations : « j’ai aussi envie de faire autre chose de ma vie, me concentrer sur des activités professionnelles ou personnelles ». Elle a choisi de se faire stériliser.

Devenir mère, une injonction de la société

L’entourage, la famille, les ami·e·s, et même au travail, les remarques augmentent en même temps que l’âge, pour vous inciter à enfanter, comme si c’était un destin immuable. « Nous rénovons une grande maison, ce qui suscite des remarques de mes beaux-parents… Je leur ai dit que je ne souhaitais pas d’enfant, en tout cas pour le moment, ça a été le drame. », raconte Lilou.

À Sophie aussi on reproche souvent son « égoïsme » : « cela ne me touche pas car je trouve plus égoïste de donner naissance à un nouvel enfant dans ce monde, alors qu’il y en a tant qui attendent une adoption ». Comme le souligne Manue, 34 ans, « ce sont les femmes qui se prennent le plus de réflexions ». Elles se heurtent souvent à une incompréhension obstinée. « Un pote insistait lourdement à une soirée : « Mais pourquoi vous ne voulez pas d’enfant ? Mais je suis sûr que vous changerez d’avis, je suis sûr que vous nous ferez un gamin ! » »

« Une femme peut s’épanouir par d’autres biais que la maternité »

Cette expression, « nous faire » revient souvent dans ce genre de discours, comme si justement, on devait faire un enfant pour les autres, leur faire plaisir. Et qu’on est bien égoïste de leur refuser ! Dès l’enfance, on offre aux petites filles des poupées pour qu’elles s’entraînent à jouer à la maman… « Dès 7-8 ans je me suis mise en rage contre cette insistance des adultes qui répétaient sans cesse « quand tu seras maman » ou posaient des questions du genre « combien tu voudras d’enfants plus tard ? «  », se rappelle Calisto. Comme elle, la plupart des femmes se heurtent au fameux impératif « Tu changeras d’avis ». Aucune possibilité d’écoute en face.

Les remarques suite à l’affirmation du refus de la maternité vont parfois loin : « Tu ne seras jamais une vraie femme, personne ne s’occupera de toi quand tu seras vieille… On m’a même souhaité d’avoir un déni de grossesse pour que je sois obligée de le garder ! » témoigne Calisto. L’incompréhension continue même chez les gynécologues, qui refusent les stérilisations volontaires, alors que la ligature des trompes est légale en France depuis 2001. « Je me suis battue pendant 8 ans, en récoltant insultes et mensonges comme par exemple : « c’est interdit aux femmes qui n’ont pas au moins 3 enfants et 35 ans » ; « de toute manière il faut l’accord de votre mari » ; ou encore « faites un régime, vous trouverez un petit ami et vous reviendrez me voir avec un projet bébé » », raconte Calisto, qui ne supportait pas les hormones de synthèse. Elle a réussi enfin à se faire ligaturer les trompes en juillet 2017, en se renseignant via un groupe Facebook pour trouver une praticienne respectueuse.

47365741_497423177332587_7178555141069471744_n.jpg
Renoncer au destin de mère qu’on nous attribue depuis toujours est souvent difficile à faire accepter à notre entourage familial. © Camille Berberat

Comment changer les choses ?

Pour Lilou, « il y a un regard suspicieux de la société sur les femmes qui ne veulent pas d’enfant, comme si on était anormales… » Manue partage son avis : « j’ai l’impression que pour les personnes qui nous incitent à avoir des enfants, être face à des femmes qui ne veulent pas d’enfant, ça ébranle leurs convictions de parents ». Edith Vallée analyse aussi cette particularité : « Quand une mère se sent complètement épanouie dans la maternité, elle est déstabilisée si on lui dit que ce n’est pas forcément une réalisation pour toutes les femmes. Il peut y avoir aussi une forme de jalousie, lorsqu’une mère est harassée ». D’où souvent des remarques comme « tu verras quand tu auras des enfants », lorsque des parents évoquent leurs difficultés.

Côté hommes, il y a « un sentiment d’impuissance, une femme qui ne veut pas renouveler la génération d’un homme renvoie celui-ci à sa dépendance d’une femme. » Dans tous les cas les femmes childfree mettent mal à l’aise et dérangent. Elles se positionnent en dehors du système social traditionnel. « Le bonheur n’est pas une suite de cases à cocher. Le modèle imposé par notre société (mariage, maison, enfants, chien…) ne convient pas à tout le monde », réplique Manue. « Il faut arrêter de croire que l’accomplissement d’une vie, surtout pour une femme, passe par la parentalité », ajoute-t-elle. C’est un poids social qui marginalise celles qui refusent de faire comme les autres.

Pour Calisto, « il faut arrêter de dire que la maternité est le seul biais pour la femme d’être heureuse. Cette croyance a été instaurée lorsque la contraception n’existait pas et les accouchements étaient plus risqués, c’était un moyen de leur faire accepter cette fatalité, mais elle n’a plus lieu d’être désormais. »

Edith Vallée complète : « l’injonction à faire des enfants pour que la société se renouvelle reste un inconscient collectif archaïque qui perdure car il est profond. Les femmes childfree perturbent l’ordre du monde, elles inscrivent une rupture dans la chaîne générationnelle, entre la vie et la mort, elles bouleversent ce qui était attendu d’elles. »

Si l’évolution est lente dans les mentalités, tout n’est pas sans espoir. « Depuis trois ans, il y a plus d’ouverture sur ce sujet, car on en parle de plus en plus. Des mères reconnaissent leur regret d’avoir fait des enfants, il y a plus de solidarité entre les femmes », constate Edith Vallée, qui œuvre depuis les années 1980 pour rendre visibles les personnes childfree. Pour changer les mentalités selon elle, « il faut qu’on reconnaisse que la valeur des femmes est égale à celle des hommes, pour qu’elles ne soient pas réduites à un corps destiné à reproduire. Il faut considérer qu’elles produisent d’autres choses, importantes, et remettre en valeur le matrimoine. » Un travail contre le patriarcat, qui demandera bien des années de luttes.

 

POUR ALLER PLUS LOIN :
Notre dossier sur la stérilisation volontaire. 
Le livre Écologie et féminisme, Révolution ou mutation ? de Françoise d’Eaubonne. 
Le blog d’Edith Vallée. 
Le livre Pas d'enfant pour Athéna d’Edith Vallée 
L’étude “Regretting Motherhood : A Sociopolitical Analysis” d'Orna Donath.

 

Cet article a été publié dans le premier numéro de notre revue papier féministe, publié en septembre 2018. Si vous souhaitez l'acheter, c'est encore possible ici.

Publié par

Journaliste, cette ourse adore écrire sur les thématiques qui lui tiennent à coeur : discriminations, santé, féminisme, luttes… De formation littéraire, c’est une droguée de lecture et d’écriture. Militante féministe et politique à ses heures perdues (ou gagnées !), elle a fait également partie d’un syndicat étudiant il y a quelques années. Cette ourse est une gourmande qui ne résiste jamais à un chocolat, ou à un pot de miel… Curieuse de tout, elle traîne ses pattes sur les réseaux sociaux à la recherche de la moindre info. Taquine, elle aime embêter les autres ourses. Elle est aussi connue pour ses grognements et son caractère persévérant. Elle ne lâche rien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s