Un roman-litanie de regrets d’être devenue mère

Avec son roman « Litanie Valparaíso », Héloïse Simon raconte l’histoire d’une mère qui regrette de l’être devenue. Isolée, elle se retrouve emprisonnée dans son devoir maternel qui l’accapare et lui fait perdre le lien avec le monde réel. 

w210h0xxvignette_livre_aeb805664c29fdb1a3e5918b6de11cbe

Valparaíso (vallée du Paradis) n’a rien d’un rêve pour Héloïse, l’héroïne du roman « Litanie Valparaíso« , qui s’expatrie au Chili avec un nourrisson. Sa vie est centrée sur ses besoins et la cause de ses cris incessants. Loin des pages de magazines qui vantent l’instinct maternel et des photos de familles radieuses des réseaux sociaux, la réalité d’être mère n’est pas un bonheur tranquille. Ce qui la fait culpabiliser. « J’ai l’impression d’être la seule à ne pas y arriver, à ne pas aimer, à regretter. » Elle dénonce également au passage la facilité du diagnostic de dépression post-partum, réponse simple et unique du monde médical.

Les besoins de la mère doivent s’effacer face à ceux prévalents de l’enfant, faible et dépendant d’elle. « Ses pleurs vous déboussolent, ses besoins envahissent et piétinent les vôtres », constate-t-elle, réduite à rester enfermée avec son fils. « Qui vous prévient que la maternité est un esclavage ? Personne. On voit fait miroiter un simple sacrifice ». C’est dans une litanie, énumération longue, avec une connotation de prière, qu’Héloïse se lance à la radio, dont elle anime une émission hebdomadaire. Le sujet : le travail « dissimulé » de la maternité.

Quel rôle pour le père ?

Isolée à l’autre bout du monde, Héloïse perd pied dans cette litanie qui lui pèse depuis plusieurs semaines de cris d’enfant. L’occasion pour l’autrice d’interroger le rôle du père, qui passe très peu de temps avec l’enfant, et ne sait donc pas gérer ses besoins. « Consoler, calmer, apaiser, ne sont pas dans ses cordes […] Alors quand le père est là, c’est la mère qui se le tartine, même à la fin d’une longue journée qui me fait bourdonner la tête. » Son constat : « J’avais un compagnon. J’ai un coloc de mauvaise volonté, de ceux qui ne font pas la vaisselle. »

La litanie des mots, devient métaphore de la vie de mère d’Héloïse, un labyrinthe sans issue : « des mois de fatigue qui me pénètrent, des nuits d’angoisse, des jours sans repos, sans répit, sans autre but que la nuit et le lendemain ». Un livre qui ne laisse pas indifférent.e sur le choix de devenir mères et les injonctions de la société à l’égard de celles-ci.

Publié par

Journaliste, cette ourse adore écrire sur les thématiques qui lui tiennent à coeur : discriminations, santé, féminisme, luttes… De formation littéraire, c’est une droguée de lecture et d’écriture, mais aussi une militante féministe et politique à ses heures perdues (ou gagnées !). Cette ourse est une gourmande qui ne résiste jamais à un chocolat, ou à un pot de miel… Curieuse de tout, elle traîne ses pattes sur les réseaux sociaux à la recherche de la moindre info. Taquine, elle aime embêter les autres ourses. Elle est aussi connue pour ses grognements et son caractère persévérant. Elle ne lâche rien.

Un commentaire sur « Un roman-litanie de regrets d’être devenue mère »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s