Les Dévalideuses : un collectif handiféministe

Il était une fois un groupe de princesses charmantes qui voulait rester dans la chaleur douce du foyer auprès de leur bel homme idéal…. Ah non pardon, je me suis trompée d’histoire ! On me dit que, dans la vrai vie, les Dévalideuses sont un collectif de meufs vénères contre le validisme et le patriarcat, qu’elles veulent se réapproprier les discours et les espaces dont sont trop souvent exclues les femmes handies, et qu’elles veulent un féminisme inclusif pour exprimer leurs multiples identités, sexualités, orientations de genres…

Bref, être en révolte contre le système valido-patriarco-hétero-cissexiste et porter la flamboyance d’une culture crip qui déchire… Carrément mieux comme programme ! C’est pour ça que j’ai décidé de les rejoindre et, devant une bonne session Skype, de discuter avec elles de tout ça.

Comment s’est construit les Dévalideuses ?

Les Dévalideuses : L’idée est venue après le constat de manque de visibilité des femmes handies à la marche Nous Toutes en 2018. Il n’y en avait absolument aucune. On a lancé l’appel sur Twitter… Il y a tellement de ponts à faire entre féminisme et handicap, c’est dommage, on ne ferait pas quelque chose pour remédier à ce manque ? Mais sans avoir d’idée précise ! Nous avons eu énormément de réponses, beaucoup plus que prévu. Après, on a pris le temps de mûrir le projet. On était 60 personnes et c’était difficile de se coordonner. Nous avons finalement pris le temps à 8 de mûrir tout ça… Un an plus tard nous voilà !

Quel est le profil des personnes qui ont répondu à l’appel ?

Parmi les personnes qui ont répondu à l’appel, 90% n’étaient pas du tout militantes, n’avaient pas d’expérience, n’avaient pas de notions particulières. Finalement on a formé une équipe de 8 avec celles qui ont bien voulu mettre la main à la patte. Nous ne nous connaissions pas du tout avant, nous venons des quatre coins de la France, mais dans ce groupe nous sommes pas mal complémentaires. C’est vraiment les réseaux sociaux qui nous ont permis de nous réunir.

La proposition était donc de travailler sur l’intersection entre handicap et féminisme, est-ce que certains thèmes plus précis sont ressortis ?

Comme le point de départ c’était la marche Nous Toutes, la réflexion est venue bien sûr sur tout ce qui était violences, celles faites aux femmes handicapées. Comment empêcher ces violences ? Quelle prise en charge pour les victimes handicapées dont le handicap n’est pas pris en compte… Mais aussi tout ce qui a trait au corps des femmes qui est abordé différemment pour les femmes valides ou handicapées mais qui finalement se recoupe, entre exigence à la norme ou à la normalité. Après il y a tout ce qui est décridibilisation de la parole ou des compétences des femmes et des personnes handicapées, la difficulté à avoir une indépendance financière, l’accès au travail, le contrôle sur les sexualités, la procréation… Les expériences sont parfois identiques parfois opposées. Par exemple pour ce qui est de la procréation, on interdit aux femmes handicapées de procréer alors que normalement les femmes subissent une injonction à la maternité mais au final, le point commun c’est le contrôle. Nous voulons juste l’émancipation et l’autonomie. Les thèmes sont communs donc ça peut être enrichissant, pour nous comme pour les femmes valides, de confronter nos expériences sur ces problématiques.

Dans mes propres recherches, j’utilise la notion « d’handiféminisme » et j’ai noté que les Dévalideuses le faisaient aussi. L’avez-vous conceptualisé ?

Nous nous revendiquons « handiféministes » mais c’est un terme qui n’est pas très répandu. Même à l’étranger… C’est étonnant car il y a tellement d’intersections entre handicap et féminisme, ça parait faire sens ! Le conceptualiser fait partie des chantiers qu’il faudra mener.

Avez-vous travaillé avec d’autres organisations féministes ?

Il y a clairement des demandes. Toutes les différentes organisations féministes ont l’air plutôt en demande de collaborer avec nous, qu’on leur apprenne des choses… Si les meufs handicapées sont peu représentées, peu impliquées dans les milieux féministes c’est, bien sûr qu’il y a du validisme, mais c’est aussi une grande part d’ignorance de la part des femmes valides qui ne demandent qu’à apprendre ! Il faut qu’on existe et qu’on s’impose, profiter du collectif pour créer un mouvement !

Nous avons régulièrement des messages d’organisations purement féministes, mais aussi d’organisations politiques un peu gauchistes, ou du milieu médical, principalement des soignantes féministes qui sont intéressées par le validisme dans le milieu médical… Nous avons vraiment des contacts et des demandes très diverses. En fait, on ne s’attendait pas à devoir gérer autant de demandes ! Nous, on a nos idées, nos projets à proposer mais rapidement on s’est adressé à nous comme source d’informations sur le validisme, avec ce point de vue féministe en plus, c’est ce qui nous fait dire qu’il y a une vraie demande !

Aujourd’hui combien sont les Dévalideuses ?

Sur les 8, certaines se sont un peu mises en retrait et on a accueilli quelques nouvelles donc on est 7.

Est-ce que vous arrivez à recouvrir tous les types de handicaps ?

Spontanément on a eu un panel de personnes ayant des handicaps variés, que ce soit sensoriels, moteurs, maladies chroniques, neuroatypies…. Ce qui est intéressant c’est que dans les gens qui veulent nous rejoindre, il y a une sur-représentation de tout ce qui est handicaps invisibles. Nous sentons que pour ces personnes-là c’est d’autant plus important de se revendiquer, alors que les handicaps physiques qui prennent un peu toute la place dans l’esprit (quand les gens pensent « handicap » ils et elles pensent avant tout handicap physique, fauteuil) sont finalement minoritaires. Le vécu est différent pour les personnes avec un handicap physique qui vont peut-être davantage essayer de passer inaperçues plutôt que de revendiquer.

Par contre dans la diversité de l’équipe nous avons des situations relativement différentes : il y a des étudiantes, des mères de famille… Mais on a aussi envie de pousser plus loin les intersectionnalités au-delà de handicap et féminisme et faire des ponts avec toutes les autres problématiques : racisées, travailleuses du sexe, précaires, les femmes en prison… Nous espérons dans l’équipe travailler sur toutes ces intersections et accueillir des personnes qui puissent les représenter et nous rendre légitime à porter aussi cette parole.

Quel est l’avis des Dévalideuses sur l’assistance sexuelle ?

Les Dévalideuses soutiennent les travailleuses du sexe mais vomissent le côté charitable et validiste de l’assistance sexuelle telle qu’elle est présentée. Elle est présentée justement comme faisant semblant de ne pas être du travail du sexe, mais aussi de façon très validiste en posant ça comme la seule solution aux problèmes de sexualité des personnes handicapées alors que le sujet est beaucoup beaucoup plus vaste et qu’il y a tant de choses à faire, à réfléchir, au-delà de la simple assistance sexuelle.

Quelle est l’actualité du collectif ?

Pour faire des ponts avec les autres organisations féministes, nous travaillons sur un petit guide pour accessibiliser les événements ou les lieux aux différents handicaps, de façon assez simple et avec plein d’astuces, que nous allons adresser aux organisations féministes en priorité. Après, ça pourra être diffusé ailleurs aussi ! Ça pourra permettre de nouer le contact et d’aller titiller les orgas féministes qui organisent quelque chose en leur disant « coucou, avez-vous vu ce petit guide ? Avez-vous pensé à des façons de mieux nous accueillir ? », et ça peut être une base de discussions, de collaboration. Nous essayons d’être là autant sur le plan pratique que théorique que pédagogique, et politique bien sûr. C’est comme ça aussi qu’on fera notre place dans le milieu féministe !

Après cette petite discussion rafraîchissante, me voici motivée à bloc pour participer à l’écriture d’une nouvelle histoire. Une histoire d’émancipation et de réappropriation de nos vécus, nous les meufs handies avec la diversité de nos conditions. On est belles, on est puissantes, Crip for ever !

Charlotte

A lire aussi : Handicap+queer = CRIP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s