Quelles réappropriations de la sorcière ?

Les sorcières n’ont jamais été autant à la mode qu’aujourd’hui, et pas seulement grâce au livre à succès de Mona Chollet. Féministe, rebelle, soigneuse… la sorcière de notre temps possède de multiples visages.

Selon le dictionnaire des symboles de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, « la sorcière est l’antithèse de l’image idéalisée de la femme ». De l’image dessinée par le patriarcat ? Pour Mona Chollet, « la sorcière incarne la femme affranchie de toutes les dominations, de toutes les limitations ; elle est un idéal vers lequel tendre, elle montre la voie ». Son livre Sorcières. La puissance invaincue des femmes a été un best-seller, et ce n’est pas anodin dans notre société actuelle.

Les femmes d’aujourd’hui se sont réapproprié ce mot, cette dénomination qui diabolisait les femmes qui ne se conformaient pas à ce que la société attendait d’elles, pour les faire brûler sur un bûcher. Des dizaines de milliers de femmes ont été les victimes des chasses aux sorcières, qui ont commencé vers 1400 et pris de l’ampleur à partir de 1560, donc davantage à la période de la Renaissance que du Moyen-Âge. « Répondre à un voisin, parler haut, avoir un fort caractère ou une sexualité un peu trop libre, être une gêneuse d’une quelconque manière suffisait à vous mettre en danger », constate Mona Chollet. Les femmes représentaient 80% des accusées et 85% des condamnées. Les persécutions venaient davantage de la sphère civile que religieuse, les sorcières servaient de bouc-émissaire ou bien il s’agissait de femmes soignantes ou sages-femmes considérées comme une concurrence dangereuse par les hommes médecins. Le livre Sorcières, sages-femmes et infirmières de Barbara Ehrenreich et Deirdre English, est une mine de renseignements sur cette histoire des soignantes et l’instauration d’un monopole masculin sur la médecine.

Dans l’imaginaire collectif, la sorcière est l’archétype de la laide ou bien hypersexualisée. « A travers les sorcières, le féminin est devenu l’emblème de la duplicité et de la cruauté, surtout quand il incarne le pouvoir : de la méchante Reine de Blanche-Neige à Mélisandre, la « Femme rouge » de Game of Thrones, ces femmes fortes inspirent crainte et défiance » affirme une tribune intitulée « Sorcières de tous les pays, unissons-nous ! ». Celle-ci a été signée en novembre 2019 par 200 personnalités dont Marlène Schiappa. La figure de la sorcière est reprise à la fois par le milieu militant féministe d’extrême-gauche, mais aussi par les féministes libérales.

Pour Mona Chollet, « En s’emparant de l’histoire des femmes accusées de sorcellerie, les féministes occidentales ont à la fois perpétué leur subversion […] et revendiqué, par défi, la puissance terrifiante que leur prêtaient les juges ». D’où le slogan populaire : « Nous sommes les petites-filles des sorcières que vous n’avez pas réussi à brûler ».

Nadège, 32 ans, considère que « la sorcière incarne la femme « hors normes », de façon positive comme négative, mais qui s’approprie cet aspect et en fait une force. J’ai toujours été hors normes : grosse, neuroatypique, queer… Cela a été une source de mal-être, une faiblesse pour moi pendant très longtemps. La société m’a toujours poussée à détester ce que j’étais, par le biais notamment du harcèlement scolaire. Adolescente, je me suis beaucoup intéressée à l’occultisme, avant de mettre cela de côté pour quelques années. À la trentaine, j’y reviens, et en m’appropriant la figure de la sorcière, je décide par moi-même de faire de mes différences une force ».

Quelles pratiques de la sorcellerie ?

Certaines femmes pratiquent la sorcellerie de manière littérale, comme Morgane, 28 ans, qui se définit comme « médium et guérisseuse ». « J’utilise l’énergie de l’eau pour couper les douleurs, soigner les brûlures et accélérer la cicatrisation. Il existe d’innombrables formes de sorcellerie, et qu’elles soient noire, blanche, verte ou grise, chacune est un art, avec ses rites bien codifiés », explique-t-elle. Tilleul56, sage-femme de 63 ans, se décrit comme « une sorcière par intérim, ma grand-mère et ma grande-tante m’ont transmis leurs connaissances des simples [plantes médicinales], pour utiliser la technique thérapeutique phyto-aromathérapie. Je suis aussi née à minuit pile, ce qui pour elles me conférerait une sensibilité spéciale, car c’est le moment où le temps est suspendu entre les vivants et les morts ».

Kay, se définissant comme non-binaire et queer, revendique aussi être « sorcière parce que je pratique la sorcellerie. J’utilise des cartes et oracles pour étudier mon futur, je cherche des explications à mon quotidien dans les mouvements des astres, j’utilise des minéraux et des plantes pour me soigner, m’aider au quotidien. C’est également pour moi un moyen de pratiquer ma foi (le paganisme). Mais il y a des sorcières de plein de religions différentes, la foi et la pratique ne sont pas toujours liées. »

Pour Mona Chollet, la pratique spirituelle de la sorcellerie, avec la « pensée positive et ses invitations à « découvrir sa déesse intérieure », la vague de la sorcellerie forme aussi un sous-genre à part entière dans le vaste filon du développement personnel ». Sa pratique, sorte d’empowerment, aide à reprendre confiance en soi, en son pouvoir. « Pour une femme, pratiquer le culte de la déesse, se nourrir de ses images, c’est chasser une représentation par une autre. C’est se recentrer, s’autoriser à être soi-même la source de son salut, puiser ses ressources en soi, au lieu de s’en remettre toujours à des figures masculines légitimes et providentielles. »

Kay admet que dans son côté sorcière, « il y a une partie développement personnel, dans le sens où pour moi le but de la magie/sorcellerie est de m’aider à vivre en accord avec mes principes et libéré·e d’influences extérieures qui ne me conviennent pas. Une grande place est laissée au self-care, puisque la société dans laquelle je vis et les gens que je côtoie remettent sans arrêt en question mon identité de genre, mon orientation sexuelle et mes choix de vie, ce qui est épuisant sans un certain recul ».

D’autres pratiquent une sorcellerie écoféministe ou encore politique, comme le collectif Witch Bloc féministe et anarchiste. Cet usage est alors une forme d’empowerment politique, qui critique les systèmes d’oppression. « La sorcière peut être vue comme une femme libre qui défie l’ordre établi, et je crois que c’est un symbole fort dans les mouvements de justice sociale actuels qui visent à en finir avec le patriarcat », estime Nadège. Morgane partage son point de vue : « le mot de sorcière a été sali par les hommes, et donc se revendiquer sorcière permet à la fois de s’émanciper et de choquer les mentalités paternalistes afin de faire avancer les luttes féministes ».

Enfin, le monde du marketing s’est fait une joie de se réapproprier le monde de la sorcellerie, en surfant sur toutes ses différentes facettes. Le filon commercial concerne la mode, l’esthétique, les produits de beauté… « Le potentiel instagramable des autels n’est pas à négliger… ce qui peut s’avérer problématique, notamment avec l’explosion du commerce des cristaux, dont la production se fait souvent aux dépens de populations fragiles », ajoute Nadège.

Un symbole féministe

Tou·te·s les pratiquant·es de la sorcellerie ne se revendiquent pas féministes. Tilleul56, « ne se sent pas féministe dans le sens revendicatif, même si je me considère de sororité dans le soin et le savoir-faire du suivi physiologique des autres femmes. » Le personnage de la sorcière semble souvent féministe par nature, car « elle défie les normes traditionnelles de la féminité : c’est une femme instruite, puissante, et souvent dépeinte comme laide », souligne Nadège.

Pour Morgane, si « depuis des siècles les hommes ont diabolisé les sorcières, c’est parce qu’elles s’affranchissent desdits mâles. Le fait qu’une femme puisse subvenir seule à ses besoins, penser par elle-même, s’avérer plus puissante qu’un homme dans un domaine fait que les hommes se sentent menacés dans leurs privilèges ». Pendant l’époque des chasses aux sorcières, il y avait d’ailleurs une surreprésentation des célibataires et des veuves.

Encore aujourd’hui, l’indépendance financière par rapport aux hommes, mais aussi le fait de ne pas vouloir d’enfant, est une liberté que notre monde patriarcal a du mal à encaisser. « Se donner naissance à soi-même, plutôt que transmettre la vie ; inventer une identité féminine qui fasse l’économie de la maternité »… Mona Chollet décrit une véritable révolution féministe. À noter que certaines personnes queer aiment aussi à se définir « witch ». Peut-être pour affirmer un refus de l’hétéronormativité ? Comme si ne pas être enfermé·e dans une relation hétéro était en quelque sorte une liberté à revendiquer…

Le terme de sorcière peut toujours avoir aujourd’hui une dimension péjorative, c’est la femme acariâtre, cruelle, la mégère, l’hystérique… C’est une insulte qui reste exclusivement féminine. En se réappropriant ce mot, l’histoire des femmes persécutées, mais aussi la figure de la femme libre, les sorcières d’aujourd’hui ont encore des potions à faire contre le patriarcat.

Cet article a été publié dans le deuxième numéro de notre revue papier féministe, publié en décembre 2019. Si vous souhaitez l'acheter, c'est encore possible ici.

Publié par

Journaliste, cette ourse adore écrire sur les thématiques qui lui tiennent à coeur : discriminations, santé, féminisme, luttes… De formation littéraire, c’est une droguée de lecture et d’écriture, mais aussi une militante féministe et politique à ses heures perdues (ou gagnées !). Cette ourse est une gourmande qui ne résiste jamais à un chocolat, ou à un pot de miel… Curieuse de tout, elle traîne ses pattes sur les réseaux sociaux à la recherche de la moindre info. Taquine, elle aime embêter les autres ourses. Elle est aussi connue pour ses grognements et son caractère persévérant. Elle ne lâche rien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s