Déconstruire le porno traditionnel avec Louise Courtois

Les Ourses à Plumes ont pu rencontrer Louise Courtois, une graphiste qui a décidé il y a un an de se pencher sur les images et les mots qui font le porno mainstream aujourd’hui. Transformé par son regard, le porno prend alors une autre dimension. Son travail graphique invite en effet les spectateur.rice.s à interroger ces codes et à les découvrir d’une toute autre manière…

© Louise Courtois

Bonjour Louise, peux-tu nous expliquer comment est né ce projet ?

J’ai commencé à travailler sur ce projet il y a un an, après une conversation avec mon frère de 15 ans au sujet de la consommation de pornographie. La pornographie en ligne est l’une des premières portes d’entrée vers la découverte de la sexualité à deux pour la majorité des adolescents, pour autant ce sujet reste assez tabou. Je n’ai jamais vraiment consommé de porno mainstream, j’ai donc voulu m’y intéresser et observer le contenu proposé sur des plateformes gratuites comme Youporn ou Pornhub qui sont les sites les plus visités.

Étant graphiste, je m’intéresse assez naturellement à la construction des images. Pourtant, au début de mes recherches, j’ai été marquée par le choix des mots employés. Ces choix sont très souvent arbitraires car les vidéos sont majoritairement des gonzos[1] et les titres ne définissent que très peu le contenu des vidéos. Certaines vidéos peuvent avoir différents titres selon les sites. J’ai choisi de prendre en base d’étude les 40 vidéos les plus vues, d’en analyser la grammaire et de dessiner en amont les corps des femmes.

De quelle manière as-tu abordé et utilisé cette grammaire dont tu parles ?

Pour analyser le texte j’ai commencé par regarder les termes employés pour définir les femmes et les hommes. Dans la majorité des cas une femme est décrite bien plus précisément qu’un homme – qui ne l’est que par la taille de son sexe. La construction grammaticale des titres est très souvent identique et se découpe ainsi : information concernant l’âge de la femme (« teen », « milf », « belle-mère » …), un ou des attributs physiques (« avec des gros seins », « petite », « à lunettes » …), l’action au passif (« se fait » …), un ou plusieurs détails sur l’homme (« par son mec », « par une grosse bite » …).

© Louise Courtois

Comment expliquer ces termes si fréquents ?

Cette convention répond aux besoins du site dans le sens ou chaque attribut féminin correspond à un tag aidant au référencement des vidéos mais est malheureusement très souvent phallocentré. Dans les rares cas où une femme est moteur de l’action – elle suce, et dans ces cas-là il s’agit bien souvent d’une traduction de l’anglais où une fois encore la femme est passive car elle se fait « face fucked« .

Quelles thématiques reviennent le plus souvent au sein de ces vidéos ?

Dans les vidéos analysées, beaucoup font références à des viols, des termes comme « endormie » ou « de force » sont très récurrents. Beaucoup d’insultes sont également présentes dans ces titres, comme « salope ». Les rapports de force et de soumission sont évidemment à l’origine de beaucoup de fantasmes, il en est de même pour l’interdit. Néanmoins le fait que ces vidéos soient visionnées jusqu’à des millions de fois et potentiellement par des mineur.e.s est assez inquiétant si l’on pense à la construction des stéréotypes de genre.

 » Les illustrations se veulent plus douces et évocatrices pour créer un décalage avec les mots crus employés « 

Comment t’es-tu servie de ce support pour réaliser ton projet graphique ?

J’ai décidé d’extraire le texte de ces vidéos de leur contexte initial, et de le mettre « à nu », en noir sur blanc dans une écriture type machine à écrire afin que le texte apparaisse comme beaucoup plus violent.

Peux-tu nous décrire ta méthode et l’objectif de ton travail ?

Après cette première étape d’analyse et de mise en page du texte j’ai commencé à travailler sur l’image. Une fois de plus la production de pornographie mainstream est très codée. Le cadrage est majoritairement fait pour exciter les principaux consommateurs, donc les hommes. Les plans sont réalisés pour que l’on ne voit que les femmes. Pour être les plus immersives possible, les images sont très souvent filmées en point of view, c’est à dire que la caméra est placée de façon à ce que le public ait la sensation d’être acteur de l’acte. Ici on donne donc à voir un corps pénétré plutôt qu’un couple en plan large.

© Louise Courtois

Et c’est en effet ce point de vue que tu reprends dans tes œuvres …

Généralement le cadrage fait que l’on ne voit de la femme que les parties susceptibles d’exciter pour le public et les plateformes mainstream permettent aux amateurs de publier leurs vidéos. Dans ces cas, il est assez courant que l’on ne voie pas ou peu de visages. L’esthétique « amateur » est d’ailleurs devenu tendance et est pratique pour les producteurs car elle permet de produire des vidéos à moindre prix. Tous ces facteurs font que les corps féminins apparaissent comme découpés, hors cadres. En commençant le travail d’illustration, j’ai trouvé que ces femmes sans bras ou sans jambes ressemblaient à des statues antiques. J’ai donc voulu garder le cadre de l’écran comme base de toutes les illustrations. J’ai aussi souhaité que les corps apparaissent comme parfois difficiles à percevoir au premier coup d’œil. Sur mon compte Instagram (minute_poetrique) il faut swiper pour accéder à l’illustration, j’ai voulu ici reproduire le choix du consommateur de porno qui décide ou non d’accéder au contenu. Les illustrations se veulent plus douces et évocatrices pour créer un décalage avec les mots crus employés.

Pour rebondir sur l’exemple d’Instagram, il symbolise bien le passage du privé au public, est-ce aussi ce que tu recherches ?

Ce que je trouve intéressant au-delà du passage du privé au public c’est en fait le passage de l’écran au matériel. La consommation de porno étant quelque chose de tabou, cela reste normalement entre l’écran et le spectateur, la seule trace qui peut subsister est une ligne dans un historique, souvent supprimée d’ailleurs.  Je pense que cela était différent à l’époque des magazines et revues pornos, alors l’image était plus travaillée et esthétique. L’immatérialisation via l’écran des corps les rend irréels, ils sont mis en scènes, stéréotypés et filmés de façon tellement codifiée que ces femmes apparaissent comme elles le sont dans les titres : ce sont des objets de désir plus que des individus. 

Comment as-tu travaillé ces modèles justement stéréotypés ?

Dans mes premières recherches visuelles j’ai voulu extraire ces femmes de leurs écrans et travailler les corps comme des volumes enfermés dans des formats-écrans. J’ai travaillé dans un premier temps avec des collages, puis en gaufrage et enfin en bas-relief. Par le travail de papier et du carton, ces corps, même s’ils apparaissent parfois comme abstraits deviennent manipulables, tactiles. Le fait de les rendre physiques et matériels les fait sortir de la sphère privée, ils prennent de la place dans un espace défini et ne sont plus supprimables. De plus je trouve que le fait de travailler le papier rend une certaine beauté et noblesse à des images qui ne sont pas produites dans ce but à la base. Les actrices sont souvent exploitées par les producteurs, et le fait d’encadrer leurs corps en transformant les limites de l’écran en cadres physiques leur donne une toute autre dimension, elles deviennent presque des muses. Le fait de les exposer dans un espace public est la suite de cette logique. Le volume permet de brouiller les pistes entre ce qui est privé et public. 

Tu as exposé il y a quelques temps à Lille, peux-tu nous en dire plus ?

Alors l’expo à Lille s’est déroulée aux universités Lille 2 et Lille 3 dans le cadre de conférences et événements autour de la sexualité et du féminisme. L’exposition a servi de préambule à une conférence de Florian Voros et Ludivine Demol ayant pour thème : Le(s) féminisme(s) et pornographie(s). Je souhaitais vraiment que mon travail s’inscrive dans un contexte de discussions et qu’il soit interactif, afin de faire naître un dialogue.  Dans un deuxième temps l’exposition était présentée dans le cadre d’ateliers autour de la sexualité ou étaient présents Les plantes grimpantes et le Planning familial. Pour cette exposition, j’ai présenté 20 cadres manipulables par les spectat.rices.eurs. Lorsqu’ils étaient accrochés, les cadres ne laissaient voir que les titres des vidéos. Une fois déplacés et placés devant une source lumineuse, la personne pouvait voir les illustrations des corps.  L’idée ici était de prendre du recul sur le contenu dans un environnement public. Les spectat.rices.eurs étaient amené.e.s à reproduire ou non les choix effectués dans un cadre privé. 

Quelles ont été les réactions du public ?

Les réactions étaient diverses. La plupart du temps j’ai eu des retours de personnes curieuses mais pour autant très peu étonnées par ce vocabulaire car elles étaient familières du porno mainstream. Le nombre de vues permet aussi de prendre un certain recul et ainsi affiché, le chiffre apparaît comme vertigineux à côté de la violence des termes. Certains et certaines m’ont dit que les titres ne motivaient pas les choix dans leur consommation et pouvaient même avoir un aspect répulsif car trop éloignés de leurs valeurs personnelles. Néanmoins cette exposition a permis de constituer un point de départ à des discussions et prises de conscience plus poussées sur la consommation de ces images – et sur un potentiel choix de consommation se tournant vers du porno plus éthique.

As-tu participé à d’autres projets ?

J’ai aussi participé à une exposition collective à Paris 8 sur le corps objet. Ici j’ai voulu mettre en valeur les illustrations et les corps plutôt que le texte. J’ai travaillé des bas-reliefs en cartons, et les titres et nombres de vues servaient de légendes aux corps. L’idée était de créer un décalage entre la sobriété et la douceur des corps et le côté très cru du texte. Pour cette exposition, j’ai voulu offrir un corps à ces silhouettes en leur donnant un volume. 

 » On parle de porno féministe pourtant ce n’est pas réellement le fond de ces projets, c’est plutôt du porno éthique « 

Pour terminer, que penses-tu du « nouveau porno » souvent qualifié de « féministe » qui vise une autre approche de la sexualité moins stéréotypée ?

En effet, il existe aujourd’hui beaucoup d’alternatives au porno mainstream. Que ce soit dans la production avec de plus en plus de femmes réalisatrices, ou dans l’approche qui est souvent plus esthétique ou artistique. On parle de porno féministe pourtant ce n’est pas réellement le fond de ces projets, c’est plutôt du porno éthique.  Je trouve que l’émergence de tels projet est vraiment encourageante, ces plateformes sont très souvent payantes, ce qui constitue parfois un frein pour les consommat.rices.eurs mais cela révèle que, comme tout produit de consommation, la pornographie doit être payante afin que les producteurs puissent rémunérer leurs employé.e.s. On n’imaginerait pas d’accepter de manger des baguettes gratuites si la boulangère était exploitée, c’est la même chose pour la pornographie ! Via le porno mainstream et pornhub, de nombreux couples et profils amateurs se distinguent également, c’est une très bonne chose car cela donne une visibilité à de nouvelles pratiques plus éthiques.


Nous vous invitons à découvrir son compte Instagram : minute_poetrique

[1] Pornographie gonzo : forme de pornographie brute non-fictionnelle, l’acteur.rice tient la caméra en même temps qu’il.elle interprète la scène.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s