Dégradé : le regard de 13 femmes sur la situation de Gaza

La situation de Gaza vu par 13 femmes, c’est ce que proposent les frères Tarzan et Arab Nasser, réalisateurs palestiniens, expatriés, en filmant le portrait satirique d’une société sous oppression ennemie permanente. Bien que les répliques cinglantes et drôles des personnages arrivent sporadiquement à effacer les tensions, il n’en reste pas moins que le film critique fortement l’aspect régressif et absurde d’un conflit sans fin et sans nom, qui n’est qu’une surenchère de violence et de souffrance.

Lire plus

Lemonade : l’album manifeste de la reine Beyoncé

La semaine dernière Beyoncé a dévoilé son nouvel album surprise : Lemonade. Il y a fort à parier qu’il marque un tournant dans la carrière de la reine de la pop : il ne s’agit pas simplement d’un superbe coup marketing, c’est aussi un puissant manifeste politique.

Lire plus

Celle que vous croyez : une apologie du désir de vivre des femmes

Dans son dernier livre, « Celle que vous croyez », Camille Laurens s’attaque à un sujet délicat : la manière dont les femmes, à partir d’un certain âge ne sont plus considérées comme femmes, mais comme des choses à cacher, des rebuts de la société. Retour sur ce livre d’une force extraordinaire.

Lire plus

Victoria et la perte de l’innocence dans l’enfer berlinois

Le DVD du film « Victoria » de Sebastian Schipper, diffusé au festival de Berlin et au TIFF (Festival de Toront0), est sorti en décembre 2015 en France. Ce film allemand étonnant par sa technicité – une seule prise de 2h10- est une suite de péripéties vécues au plus près de son héroïne. Pendant toute la durée du film, Victoria, c’est nous.

Lire plus

Blanca Li chorégraphie le mythe de la femme double dans Déesses et Démones

Après son dernier spectacle, Robot ! (2013) qui a accru sa popularité auprès d’un public toujours plus vaste, Blanca Li revient sur scène avec un nouveau spectacle aux consonances plus spirituelles et oniriques : Déesses et Démones, dont la première mondiale a lieu le 22 décembre au Théâtre des Champs Elysées à Paris. Deux corps juxtaposés pour l’occasion : ceux de Blanca Li, et de la danseuse étoile du Ballet Bolchoï, Marie Alexandrova qui se joint à la première pour nous présenter l’image d’une femme mythologique à double tranchant…

Lire plus

Pojkarna – Girls lost et l’éclosion chaotique des genres en Suède

Avec sa programmation toujours riche en découvertes, entre intimité et sujet de société, le TIFF nous offre encore de belles pépites dont « Girls Lost », film suédois, traitant de la représentation identitaire. Trois jeunes filles mal dans leur peau rêvent de devenir des garçons pour échapper aux insultes et au harcèlement que leur font subir leurs camarades de classe masculins. Dans ce nouveau film d’Alexandra—Therese Keining, le passage à l’âge sexué se retrouve au cœur du propos d’une fable noire fantastique à la fois drôle et cruelle.

Lire plus

L’exposition Louise Elizabeth Vigée Le Brun au Grand Palais

Chronique art : Alors qu’Elizabeth Louis Vigée Le Brun est une portraitiste française fondamentale de la fin du XVIIIe siècle, il n’y avait jamais eu de rétrospective de son travail en France. Voilà la chose réparée avec celle organisée au Grand Palais, qui se terminera le 11 janvier 2016. Comment le commissariat de l’exposition a-t-il décidé d’exposer la peintre ?

Lire plus

Haramiste de A. Desrosières : la sujétion de la femme arabe comme norme de sa représentation

Chronique art de la semaine. Haramiste : Le titre seul de ce court métrage mériterait d’être soumis à un sondage : qui a déjà entendu un tel barbarisme ? Mélange de français et d’arabe, ce néologisme désigne l’acteur d’un pêché qui se retrouve alors pointé du doigt en tant qu’ Haramiste (pécheur). Assurément, le terme seul campe le contexte et le cadre fermement: la banlieue du sous prolétariat immigrationniste.
Le terme est évidemment décliné dans son genre féminin par Antoine Desrosières qui souhaite aborder la question de la sexualié en islam et de la virginité chez les jeunes femmes, question qui se veut évidemment lourde et « taboue ». L’intérêt du film s’en trouve d’emblée réhaussé, à classer parmi les films qui « questionnent », qui « dénoncent » et qui « dérangent ».

Lire plus