La sélection de livres féministes des Ourses à plumes

Nous avons regroupé sur cette page tous les livres que nous avons chroniqué, ou dont nous avons interviewé les autrices, sur notre site internet. Cette liste d’ouvrages féministes est bien sûr non-exhaustive et sera enrichie progressivement.

eugenio-mazzone-190204-unsplash.jpg
Photo by Eugenio Mazzone on Unsplash

Les bandes dessinées

La bande-dessinée « Un clou dans le bec », d’Emmanuelle Teyras et Maxime Poisot propose une série de scénettes où les femmes rabattent le caquet des hommes. Un humour un poil misandre qui fait du bien.

Les livres jeunesse

-Trouver des livres pour enfants et jeunes ados qui ne débordent pas de clichés et de sexisme, relève parfois du défi. Les Ourses à plumes vous proposent une petite sélection d’une quinzaine d’ouvrages, parus en 2016-2017, avec une touche d’inclusivité.

Les romans

-Premier roman d’Ariane Goupil, « Sein et Sauf » aborde la question du cancer du sein dans toute son angoisse. Une écriture légère pour un sujet complexe.

-La rédaction des Ourses à plumes vous conseille plusieurs livres féministes, à la tonalité empowerment, ou qui donnent tout simplement envie de se battre encore plus. [une sélection parue dans le premier numéro de notre revue papier]

-La maison d’édition Belleville a publié ce printemps 2018 deux romans turcs, dans l’idée de mettre en regard deux générations de féminisme à Istanbul. Le premier raconte le parcours d’une féministe dans la Turquie des années 1950, le second le quotidien d’une femme victime de violences conjugales. Deux récits qui font réfléchir sur la place des femmes, et leurs révoltes.

Leslie Préel a publié son premier roman, « N’être que soi » (5 Sens Editions). Ce récit d’une lutte contre soi, est aussi celui d’un lent cheminement vers soi, du début d’une vie sentimentale chaotique, à se chercher sans jamais se trouver, à se perdre dans les bras d’amants et de maîtresses que l’héroïne ne parvient pas à aimer. Quelques extraits, à découvrir.

Elena Ferrante, ces livres s’affichent partout dans les librairies… Cette écrivaine cachée, autrice de la série L’Amie prodigieuse, produit-elle des ouvrages aussi féministes que le martèlent les différents médias ?

Dans son livre « Celle que vous croyez », Camille Laurens s’attaque à un sujet délicat : la manière dont les femmes, à partir d’un certain âge ne sont plus considérées comme femmes, mais comme des choses à cacher, des rebuts de la société. Retour sur ce livre d’une force extraordinaire.

Théorie et témoignages, livres d’analyse

-On a lu pour vous le manifeste « AFROFEM du collectif afroféministe Mwasi. Un ouvrage dense qui explique la nécessité de l’afroféminisme en France et la manière dont ce mouvement doit s’organiser.

-Julie Dachez, autrice du livre « Dans ta bulle ! », raconte les discriminations vécues par les personnes autistes, via son témoignage et celui d’autres concerné-e-s. Interview.

-On a lu pour vous « « GROS » n’est pas un gros mot, Chroniques d’une discrimination ordinaire ». Cet ouvrage, écrit par Daria Marx et Eva Perez-Bello, co-fondatrices du collectif Gras politique, illustre de manière synthétique et avec la force de témoignages, les différentes facettes que peuvent prendre la grossophobie.

-On a lu pour vous le livre « Écologie et féminisme, Révolution ou mutation ? » de Françoise d’Eaubonne. Cette réédition d’un ouvrage de référence écoféministe, paru en 1978, met en relation deux formes de domination : celle des hommes sur les femmes et celle des humain-e-s sur la nature.

-Les Ourses à plumes ont interviewé Marie-Hélène Lahaye, autrice du blog Marie accouche là. Elle a publié un livre en janvier 2018 consacré aux violences subies par les femmes pendant leur accouchement : « Accouchement. Les femmes méritent mieux ».

-Un groupe de femmes a décidé de se lancer dans la réédition de l’ouvrage « Notre corps, nous-mêmes ». Les Ourses à plumes ont interviewé l’une des initiatrices du projet qui va redonner vie à cette bible féministe.

Gabrielle Deydier nous raconte « la grossophobie au quotidien » dans son livre « On ne naît pas grosse ». Violences médicales, discrimination au travail, ou encore sexisme, son ouvrage nous livre son expérience personnelle tout en se voulant être une enquête. Interview avec l’autrice.

Le livre de Joëlle Palmieri, intitulé TIC, colonialité, patriarcat : Société mondialisée, occidentalisée, excessive, accélérée… Quels impacts sur la pensée féministe ? Pistes africaines, associe des témoignages de femmes rencontrées sur le terrain à une étude du cadre historique, sociologique et économique du Sénégal et de l’Afrique du Sud, afin de s’interroger sur les liens entre les inégalités de genre et les inégalités d’accès à l’information – ces dernières pouvant parfois de manière assez paradoxale créer des discours non dominés.

« Notre corps, nous-mêmes » : une Bible du féminisme deuxième vague

-Réédité en 2014, Genre et société de Jane Méjias, continue d’être accessible à tout-e-s, tout en donnant des raisonnements et arguments précis et convaincants. Sa centaine de pages est synthétique, ce qui permet d’être un outil de formation efficace pour les intéressé-e-s à la théorie du genre.

Autres

-Avec son guide « Le Matrimoine de Paris », la psychologue et auteure Édith Vallée redonne une place à des femmes oubliées par l’Histoire. L’occasion, au cours d’une balade dans la capitale française, de raconter leurs histoires, pour qu’elles restent dans la mémoire collective. Avec l’idée, qu’à terme, la diffusion du matrimoine atteste de l’égalité femmes-hommes. Interview.

Regroupés sous le titre Queer Ultraviolence. Bash Back! anthology en 2011, on trouve des communiqués, des interviews, des textes théoriques qui tracent un portrait du mouvement, depuis sa construction fin 2007 jusqu’à son suicide en 2010. Traduite par extraits sous forme de zine ou de brochure, cette anthologie est enfin intégralement disponible en français. Nous sommes allées à une rencontre avec les traducteur·ice·s, Diabolo Nigmon et Decibel Espanto.

-C’est un projet original qui est dans les mains de Wendie Zahibo. Un beau-livre au papier glacé, consacré aux femmes méconnues voire oubliées de l’histoire d’un continent large comme la moitié du monde. Des vies extraordinaires retrouvées dans la mémoire d’une terre et mille peuples loin de l’uniformité toujours véhiculée.

Joëlle Palmieri, cofondatrice de l’agence féministe des Pénélopes revient sur cette aventure, à l’occasion de la publication des mémoires du site.

A la recherche d'un cadeau ? Offrez le premier numéro de la revue papier des Ourses à plumes ! Il est toujours commandable par Internet.

Publié par

Journaliste, cette ourse adore écrire sur les thématiques qui lui tiennent à coeur : discriminations, santé, féminisme, luttes… De formation littéraire, c’est une droguée de lecture et d’écriture, mais aussi une militante féministe et politique à ses heures perdues (ou gagnées !). Cette ourse est une gourmande qui ne résiste jamais à un chocolat, ou à un pot de miel… Curieuse de tout, elle traîne ses pattes sur les réseaux sociaux à la recherche de la moindre info. Taquine, elle aime embêter les autres ourses. Elle est aussi connue pour ses grognements et son caractère persévérant. Elle ne lâche rien.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s